Reprise de l’activité en Occitanie : l’emploi aéronautique entre précarité et flexibilité

Intérim et CDD : les sous-traitants du secteur de l’aéronautique, qui avaient mis en place des plans de restructuration pour faire face à la baisse des commandes, tentent de s’adapter à la reprise qui se profile en utilisant des dispositifs critiqués par les syndicats. Explications.

La crise est-elle un lointain et mauvais souvenir ? Airbus le croit. Le constructeur européen table sur un retour aux niveaux d’avant-crise Covid entre 2023 et 2025. Mais, dès aujourd’hui, il bat le rappel de la supply chain. « Le secteur de l’aviation commence à se remettre de la crise du Covid-19. Ce message adressé à nos fournisseurs donne de la visibilité à l’ensemble de l’écosystème industriel afin de garantir les capacités nécessaires pour être prêt lorsque les conditions du marché l’exigeront », prévient, confiant, Guillaume Faury, le patron du numéro un mondial de l’aéronautique. Son objectif est de sortir des chaînes de production quarante-cinq appareils de la famille A320 par mois à l’automne prochain. Avec une montée en cadence qui va s’accélérer pour atteindre soixante-quatre exemplaires par mois avant la mi-2023.

Malgré cet optimisme affiché du principal donneur d’ordre régional, la sous-traitance, elle, est encore chancelante après cette crise d’une ampleur inédite, et tente de se mettre en ordre de bataille. Derichebourg signait, le 12 juin 2020, avec le syndicat majoritaire Force ouvrière (FO), un accord de performance collective (APC). Ce dispositif prévoyait une baisse de rémunération contre la sauvegarde de l’emploi jusqu’en juin 2022, sous réserve du maintien des dispositifs d’aide de l’État, mais 160 salariés ont refusé de le signer et, par conséquent, ont été licenciés.

Depuis janvier dernier, plus de soixante-dix CDD ont été signés, alors que sur cette même période, une cinquantaine de départs ont été enregistrés. « Le reprise est aléatoire », observe Jean-Marc Moreau, délégué syndical FO pour le site de Blagnac, siège de la branche aéronautique du groupe, qui employait avant la crise 1300 personnes. « Nous avons gagné quelques petits marchés, ici et là, sur l’A350 et l’A320, mais rien de pérenne. Nous sommes totalement dans la contradiction car nous n’avons aucune visibilité. »

140 à 150 intérimaires chez AAA

Chez le prestataire de services AAA (Assistance Aéronautique et Aérospatiale), qui a supprimé 117 postes sur son site de Colomiers, près de Toulouse, dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi, de 140 à 150 intérimaires ont été recrutés depuis le mois de janvier. De plus, une cinquantaine de postes ont été proposés. Et une trentaine d’anciens salariés ont postulé. Ce qui fait bondir la CFDT. « La direction casse les contrats de reclassement des anciens salariés en leur proposant de les réembaucher en contrat précaire (CDI de chantier) sans consulter les instances de représentation du personnel, alors que la mise en œuvre des CDI de chantier est encadrée par un accord national », précise le syndicat dans un communiqué. Celui-ci « déplore que les entreprises n’aient vu qu’une opportunité de se débarrasser de salariés en surnombre ».

Pour faire face à une chute de son activité, Lauak, le spécialiste basque de la fabrication de pièces et de structures, présent en Occitanie à L’Isle-Jourdain et Saint-Germé (Gers) et à Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées), a annoncé un plan social en décembre dernier de 244 personnes. Mais, quelques mois plus tard, la CFDT constate que l’entreprise « embauche, pour des postes supprimés, des intérimaires qui sont parfois d’anciens salariés récemment licenciés ». Cette pratique est « choquante » pour le syndicat, qui lance un appel sur le réseau social Linkedin à « l’ensemble des salariés licenciés qui estiment avoir été lésés pour les informer d’un possible recours ».
Audrey Sommazi

Sur la photo : Des salariés devant le site de Derichebourg, à Blagnac. Crédits : Rémy Gabalda - ToulÉco.

Tous les lundis, retrouvez l’actualité de l’aéronautique régionale sur touleco.fr.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Pour-faire-face-a-la-reprise-des-sous-traitants-aeronautiques,31522