À Toulouse, le groupe Courcelle lève 5 millions d‘euros pour poursuivre ses acquisitions

Deuxième acteur français du transport exceptionnel, le groupe toulousain Courcelle accélère son expansion nationale grâce à sa dernière levée de fonds de 5 millions d’euros. Au programme : renforcer sa présence dans le Grand-Est et en Ile-de-France par des rachats d’entreprises.

Numéro deux français du transport exceptionnel, le groupe Courcelle, basé à Saint-Sauveur près de Toulouse, prévoit des opérations de croissance externe en 2021. Sa toute dernière levée de fonds de 5 millions d’euros, auprès d’Irdi Capital Investissement et sous forme d’emprunt obligataire, devrait lui permettre des acquisitions opportunes dans des régions cibles telles le Grand-Est, notamment l’Alsace et la Champagne-Ardenne, et l’Ile-de-France, où le chantier du Grand Paris augure de travaux jusqu’en 2030. Un changement de taille déjà amorcé en 2020 par l’entreprise, grâce au rachat en juin dernier du groupe Barrière, à Gandrange en Moselle. Cette acquisition lui a permis au passage l’ouverture de sa première implantation étrangère au Luxembourg. Elle a aussi entraîné une légère hausse de son chiffre d’affaires 2020, porté à 60 millions d’euros, contre 57 millions d’euros en 2019. L

e groupe Courcelle est présent dans l’Hexagone avec une vingtaine d’agences pour un effectif de 630 personnes, dont une centaine au siège toulousain. Il mise désormais sur une stratégie d’accélération de son développement territorial. « Ce que nous transportons est lourd, haut et large donc peu de nos transports s’effectuent sur de longues distances. Il est ainsi essentiel d’être à proximité de nos clients pour être rentables », explique Philippe Sentous, directeur financier du groupe Courcelle.

Marché de niche

Peu présent dans l’aéronautique, le transporteur compte parmi ses principaux clients les grands opérateurs des travaux publics comme Vinci ou Bouygues, de l’énergie tel EDF ou des secteurs industriel ou agricole. Il véhicule par exemple des turbines, des gros transformateurs, des moissonneuses-batteuses ou des tracteurs. « Nous disposons d’une flotte de 450 camions, 700 remorques et 100 véhicules légers. Nous avons investi en 2020 près de 12 millions d’euros en véhicules, un montant qui devrait être renouvelé en 2021 », souligne Philippe Sentous. « Autre particularité, nous possédons la plus grande flotte française de porteurs-grues, avec 168 camions. Un porteur-grue représente un investissement de 200.000 à 250.000 euros. »

Peu impacté par la crise du Covid

Aux manettes de l’entreprise créée en 1985, son fondateur et actuel président Bertrand Courcelle s’est depuis entouré de ses deux fils. Après la montée au capital de l’Irdi, la famille Courcelle reste propriétaire à 82% du transporteur. L’année 2020, marquée par un tassement du résultat dû à la crise du Covid, a cependant bénéficié de la bonne reprise du secteur du BTP à la sortie du premier confinement. « Par mesure de précaution, nous avons mis en place un PGE de 4 millions d’euros et des mesures de chômage partiel pendant un mois et demi. Mais, en 2021, nous prévoyons d’augmenter notre force commerciale de quatre à cinq personnes », détaille Philippe Sentous. L’entreprise vise un chiffre d’affaires 2021 de 72 millions d’euros avant une projection à 100 millions d’euros d’ici cinq ans.
Isabelle Meijers

Sur les photos :
En haut : Bertrand Courcelle, président fondateur du Groupe Courcelle, au centre, entouré de ses deux fils. Crédit : Groupe Courcelle.
En bas : Un exemple de porteur-grue du transporteur. Crédit : Groupe Courcelle.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Transport-Le-groupe-toulousain-Courcelle-leve-5-millions-d-euros,30428