Bocal en boucle. Les ambitions du traiteur occitan « zéro déchet-zéro gaspi »

Présent au Grand Marché de Toulouse (ex-Min) depuis cette année, Bocal en Boucle poursuit son développement. Sa dirigeante, Gilmara Gabriel, croit au potentiel de ses repas bio dans des bocaux consignés.

Bocal en Boucle, c’est une histoire de famille pour elle. Sa sœur restée au Brésil, leur terre natale, faisait des salades qu’elle vendait en bocaux pour arrondir ses fins de mois. Gilmara Gabriel, fille de commerçants et qui a fait des études de commerce, veut développer ce concept de traiteur en Occitanie. En 2017, la jeune femme lance Les salades parfaites [1]. Les produits viennent de producteurs gersois.

Elle est épaulée au départ par une diéticienne pour l’aspect nutritionnel. Les salades sont vendues dans les salles de sport du réseau Movida puis dans des magasins bio. La jeune entreprise obtient la certification Ecocert. Les retours sont bons et le projet prend forme. La vente et le respect des règles d’hygiène deviennent alors trop compliqués pour Movida. Fin 2018, il faut réorienter leur projet.

"600 bocaux sont produits chaque semaine"

C’est là que naît Bocal en Boucle. Maintenant, ce sont aussi des repas chauds qui vont être mis en bocaux. Ceux-ci sont vendus dans des frigos connectés [2] installés dans des entreprises. Une simple livraison est aussi possible. Aujourd’hui, six réfrigérateurs sont implantés et la société est hébergée depuis le début de l’année au Grand Marché (ex-Min). « Ce qui permet d’être proche des fournisseurs locaux et de pouvoir mieux développer notre réseau », explique la cheffe d’entreprise. Une manière aussi d’être mieux repéré par les institutions locales. La société a ainsi reçu « des subventions de la Région ».

C’est son mari Sylvain, ex-employé de Latécoère pendant quinze ans, qui gère désormais la partie production. 600 bocaux sont produits chaque semaine. Un logiciel créé spécialement pour l’entreprise permet de renouveler les recettes (une soixantaine) et d’assurer que le processus demeure « zéro déchet-zéro gaspi ». Cinq personnes au total sont salariés de Bocal en Boucle (dont les deux dirigeants, Gilmara Gabriel et son mari). Certains collaborateurs viennent de l’organisme d’insertion France Horizon. Les autres besoins sont externalisés, dont la livraison par le transporteur écologique toulousain AppliColis. Les bocaux sont toujours présents dans une quinzaine de magasins bio.

En 2022, Bocal en Boucle veut accélérer. Gilmara Gabriel souhaite « vingt-cinq frigos connectés d’ici la fin 2022. Et un chiffre d’affaires qui passe de 70.000 euros à 500.000 euros. » En 2023, d’autres unités de production pourraient voir le jour. Dans le sud (Bordeaux, Nîmes, Marseille) puis ailleurs (Lyon, Dijon, Nantes). L’objectif est que de plus en plus de villes rentrent dans la boucle.
Matthias Hardoy

Sur la photo : Gilmara Gabriel, la dirigeante de Bocal en Boucle. Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco.

Notes

[1À cause du nom de la marque des bocaux en verre Le Parfait.

[2D’une capacité de 90 bocaux.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Bocal-en-boucle-Les-ambitions-du-traiteur-occitan-zero-dechet,32502