Électronique. Actia Group mise sur une sortie de crise électrique

Pour résister au mieux à la crise économique, le groupe toulousain Actia spécialisé dans la fabrication de systèmes électroniques, a misé sur la diversification de ses activités. Ses bons résultats économiques lui permettent de mieux faire face aujourd’hui à la pénurie des composants.

225,4 millions d’euros de chiffre d’affaires consolidé au premier semestre. Actia résiste bien et la crise n’a pas freiné ses ambitions. Jean-Louis Pech, son dirigeant, vise même « les 800 millions d’euros [annuel] d’ici 2023 ». L’équipementier électronique et automotive a pu compter sur son importante diversification (transports publics, poids lourds, ferroviaire, aéronautique, télécommunications, etc.) pour traverser au mieux les zones de turbulences économiques dues au Covid. Mais aussi sur l’aide de l’État, avec 9 millions d’euros au total (une partie en subventions, l’autre en prêts), notamment dans le cadre du plan de relance.

Un élément inquiète toutefois la direction, la pénurie en composants électroniques. Depuis février 2021, les fournisseurs du monde industriel ne peuvent donner qu’une très faible visibilité sur les allocations de composants. En début d’année, Actia a organisé une cellule de crise, baptisée War Room, pour répondre de façon efficace à cette situation nouvelle. Mais face à la persistance du problème, celle-ci se reconfigure pour agir sur un temps long. Jean-Louis Pech déplore « le manque d’action » de l’Union européenne qui « se montre trop fragile » sur cet important dossier.

Nouveaux marchés et développement durable

En cette rentrée 2021, Actia communique aussi sur la création de sa division Power, dédiée à l’électro-mobilité (batteries embarquées, électronique de puissance, systèmes d’électrification, etc.). L’objectif fixé est de « générer 200 millions d’euros d’activité d’ici à 3 à 4 ans », affirme le PDG. Autre nouveauté, l’ouverture d’une nouvelle activité consacrée à la micro-mobilité. L’équipementier veut en effet fabriquer désormais des systèmes électriques pour des vélos, trottinettes, hoverboards, etc.

Une manière aussi de se positionner comme un acteur sensible au développement durable. Une autre annonce va dans ce sens. Sa division Actia Automotive a opté pour le passage de ses trois sites de Toulouse, Colomiers et Chartres à une électricité 100% verte depuis cet été. Actia se positionne enfin pour le fameux projet de troisième ligne de métro toulousain. En pleine discussion avec le constructeur Alstom, l’équipementier se positionne pour rafler la fabrication des systèmes de vidéoprotection et d’informations voyageurs.
Matthias Hardoy

Sur la photo : Jean-Louis Pech, président directeur général, et Catherine Mallet, directrice générale déléguée du group Actia, lors de la présentation de ses activités au Meett de Toulouse. Crédit : Hélène Ressayres - ToulÉco.

Actia en chiffres :

Le groupe Actia fait travailler 3600 collaborateurs dont 1100 ingénieurs. Il est implanté dans vingt-huit lieux de seize pays. Entre 14 et 18% de son chiffre d’affaires sont dédiés à la R&D. Actia réalise 25% de son chiffre d’affaires en France et 50% en Europe (Hors France).

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Electronique-Actia-Group-mise-sur-une-sortie-de-crise-electrique,32168