Jean-Marc Vayssouze-Faure : « Cahors s’est donné les moyens d’accueillir des services de l’État »

La Direction générale des finances publiques (DGFIP) va délocaliser, à partir de l’an prochain, l’un de ses services à Cahors. Son maire, Jean-Marc Vayssouze-Faure, y voit l’illustration d’un changement d’attitude vis-à-vis des villes moyennes.

Jean-Marc Vayssouze-Faure, comment expliquer la délocalisation vers des villes moyennes de services de l’État ?
Je suis convaincu depuis longtemps que les villes moyennes, que j’appelle des villes d’équilibre, ont un avenir. Les métropoles, dont l’attractivité était naturelle auprès des acteurs économiques, posent aujourd’hui problème (trafic saturé, pollution, insécurité, etc.). Elles n’ont pas les infrastructures pour absorber autant de population. Je suis persuadé que, demain, le développement se fera dans nos villes d’équilibre qui permettent d’irriguer la ruralité. Nous avons travaillé comme d’autres villes moyennes pour disposer de nouveaux atouts en termes de santé, de sport et de culture. Nous avons par exemple à Cahors, un complexe cinématographique de centre-ville récent et nous avons aussi développé les services de petite enfance.

Développer les villes moyennes, c’est aussi l’objectif du plan Action Cœur de Ville lancé par le gouvernement...
Oui, il y a un changement de paradigme au niveau de l’État. Avec le plan Action-Cœur de Ville, nous avons effectivement des moyens financiers et de l’ingénierie pour accompagner nos villes moyennes dans leur développement. Il y a la volonté d’éviter l’étalement urbain, l’artificialisation et la concentration de population dans des grands bassins urbains. Cela fait longtemps que je plaidais pour qu’il y ait de nouveau des gestes symboliques, forts en matière de réaménagement du territoire. C’est pour cela que, quand j’ai vu l’appel à projet pour recevoir un service de la DGFIP, je me suis dit qu’il fallait postuler.

Qu’est-ce qui explique que Cahors ait été choisie parmi 400 candidatures ?
Nous avons de nombreux bâtiments administratifs qui sont vides. Notamment, car certains services de l’État sont partis à cause de la régionalisation. Plutôt que de construire dans des zones où les terrains sont chers comme en région parisienne, il est plus judicieux de venir chez nous. Nos locaux sont propres, vides, avec une cantine à proximité. Cinquante villes dont la nôtre ont été retenues. Au départ, c’était pour 2024. Là où nous sommes satisfaits, c’est que cela a été avancé à 2022. Entre trente-cinq et quarante agents viendront dans le cadre d’un centre de contact des professionnels. Il s’agit d’un call center où des entrepreneurs peuvent appeler pour poser des questions sur leur situation fiscale par exemple. Les opérateurs qui seront à Cahors répondront à des professionnels des Hauts-de-Seine et de l’Ille-et-Vilaine.
Propos recueillis par Matthias Hardoy

Sur la photo : Jean-Marc Vayssouze-Faure, maire PS de Cahors depuis 2008. Crédit : Photothèque Ville de Cahors / Grand Cahors - P. Lasvènes.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Jean-Marc-Vayssouze-Faure-Cahors-s-est-donne-les-moyens-d,31407