Le juré de Top Chef Michel Sarran croque (aussi) la street-food

Le chef doublement étoilé s’est lancé dans la restauration rapide avec Croq’Michel, rue des Filatiers, à Toulouse. Un second point de vente ouvrira ses vitres, pandémie oblige, en avril.

« Plus jeunes, mon père nous faisait des croque-monsieur », se souvient Camille Sarran, la fille du chef étoilé. Alors, doucement, l’idée a germé dans la tête de Michel Sarran de proposer ses fameux sandwichs chauds, son « pêché mignon », à la vente. Malgré la mise en place du premier confinement, les premiers croque-monsieur sont préparés depuis le restaurant gastronomique, rue Armand Duportal, à Toulouse, puis livrés. Un test prometteur qui permet au concept de se roder plusieurs mois. Le 26 décembre dernier, Michel Sarran, entouré de ses deux filles, Emma, 32 ans, et Camille, 27 ans, ouvre un premier point de vente, rue des Filatiers à Toulouse.

« La situation actuelle ne nous fait pas peur », assure Camille Sarran, avant de concéder que cette ouverture est « un gros pari ». « La crise nous freine. L’activité est amputée par la consommation sur place et le couvre-feu. Sans recul, nous supposons que nous réalisons 30 à 40% de moins, tempère le papa. Mais il y a une place à prendre et le concept fonctionne bien. » Le croque-monsieur, qui se décline en six versions salées et deux sucrées, rencontre un succès d’estime : 1700 sandwichs sont vendus chaque semaine. « Par rapport au prévisionnel, nous sommes dans les clous et même au-dessus », se réjouit Michel Sarran.

200.000 euros de pertes mensuelles

Le concept, reconnaissable grâce à une identité visuelle unique, se décline sans attendre. Le visage du chef étoilé imprimé sur les murs, les poches et les emballages en carton des sandwichs s’apprêtent à traverser la Garonne pour rejoindre la rive gauche. En avril, un second point de vente ouvrira ses portes dans le quartier Saint-Cyprien. Les voyageurs en transit à la gare de Lyon, à Paris, pourront eux aussi déguster à leur tour l’un des croque-monsieur pendant six mois, à compter du mois d’avril. La capitale est dans le viseur de la famille Sarran puisque un quatrième restaurant, dans le 9e arrondissement, Faubourg Poissonnière, est dans les tuyaux.

« Il ne faut pas attendre et prévoir l’avenir », optimise Michel Sarran, qui en raison de la pandémie a quasiment mis à l’arrêt les fourneaux de son restaurant deux étoiles. « Je perds 200.000 euros par mois », regrette le Toulousain qui peut cependant s’appuyer sur l’émission Top Chef, dont la douzième saison est diffusée depuis le 10 février sur M6.
Audrey Sommazi

Sur la photo : Camille Sarran au côté de son papa Michel dans l’aventure Croq’Michel. Crédit : Rémy Gabalda-ToulÉco.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Le-jure-de-Top-Chef-Michel-Sarran-croque-aussi-la-street-food,30506