Le satellite toulousain Taranis perdu après l’échec de son lancement

Après presque dix ans de développement à Toulouse, le satellite Taranis, dédié à l’étude de la face cachée des orages, devait être envoyé dans l’espace dans la nuit du 16 au 17 novembre depuis la base de Kourou, en Guyane. Mais à la suite de l’échec du lancement d’un lanceur européen Vega chargé de le mettre en orbite, Taranis a été déclaré « perdu » par Arianespace. « Huit minutes après le décollage de la mission Vega n°17 (VV17), immédiatement après le premier allumage du moteur du quatrième étage Avum, une dégradation de la trajectoire a été constatée, entraînant la perte de la mission. Les analyses des données de la télémesure sont en cours pour préciser les raisons de cet échec », a indiqué le groupe dans un communiqué.

Initiée fin 2010 à Toulouse par le Centre national d’études spatiales (Cnes) qui en était le maître d’oeuvre, la mission Taranis devait observer et caractériser pour la première fois les phénomènes lumineux, radiatifs et électromagnétiques qui se produisent entre 20 et 100 kilomètres d’altitude au-dessus des orages. Envoyé à 700 km d’altitude, le satellite embarquait à son bord huit instruments développés par le CEA et plusieurs laboratoires du CNRS, dont l’Irap à Toulouse. Cette mission, qui a mobilisé au total plus de 400 agents du Cnespour un coût de 115 millions d’euros, était très attendue par la communauté scientifique.

« Cet échec de Vega nous rappelle une fois encore que nous faisons un métier très difficile, où la frontière entre le succès et l’échec est extrêmement ténue. Les équipes vont immédiatement se remettre au travail pour analyser, comprendre et corriger les causes de cette défaillance afin de repartir en vol dans les meilleurs délais », a réagi Jean-Yves Le Gall, le président du Cnes.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Le-satellite-toulousain-Taranis-perdu-apres-l-echec-de-son,29949