Les défis de Bruno Darboux, nouveau président d’Aerospace Valley

Bruno Darboux, quatrième président d’Aerospace Valley, a pris ses fonctions début septembre, dans une période charnière pour le pôle de compétitivité. Entre crise sanitaire et enjeux environnementaux, il veut être le président d’un futur en train de s’écrire pour la filière aérospatiale.

Après Jean-Marc Thomas, Agnès Paillard et Yann Barbaux, c’est au tour de Bruno Darboux de prendre les commandes d’Aerospace Valley. Lancé en 2005, le pôle de compétitivité rassemble les petites et moyennes entreprises, les établissements de taille intermédiaire et les grands groupes, ainsi que les laboratoires de recherche et les établissements de formation du monde de l’aéronautique et du spatial sur le territoire d’Occitanie et de Nouvelle-Aquitaine. Sa mission : favoriser l’innovation, la collaboration, développer la croissance et l’emploi du secteur. « J’ai saisi l’opportunité du départ de Yann Barbaud pour mettre mes atouts et mon expérience au service du pôle », confie Bruno Darboux.

Faire grandir un écosystème

De son parcours au sein de grands groupes – Thales, Honeywell, ATR puis Airbus – Bruno Darboux retient avoir « toujours cultivé la fibre de la collaboration et de l’innovation pour faire grandir un écosystème ». L’ingénieur Isae-Supaero a également pris des responsabilités au niveau national – il représente l’avionneur au Conseil pour la recherche aéronautique civile (Corac), participe au programme européen Sesar (Single European Sky ATM Research) et est membre de l’association internationale IAEG, International aerospace environmental group. « Le pôle est un endroit idéal pour exprimer mon goût pour le développement collectif et faire en sorte que de belles idées se concrétisent », estime-t-il. « Je veux m’assurer qu’il continue sa mission ; je souhaite être le président qui accompagne les équipes vers un futur en train de s’écrire. »

Durant les deux prochains mois, il va s’attacher à affiner les grandes orientations en matière aéronautique et spatiale, mais aussi celles de la filière drone. « Ces orientations se placent dans un contexte de crise dont la fin est loin d’être avérée. L’État va passer dans la phase 5 de la politique des pôles de compétitivité. Nous devons nous inscrire pleinement dans les orientations, y compris avec les acteurs institutionnels locaux, Région comme Métropole toulousaine. »

Promouvoir l’avion vert

Côté aéronautique, l’enjeu est environnemental. « C’est un enjeu existentiel, le sujet numéro un pour le pôle et les entreprises qui le composent. Nous avons l’impératif de prendre les bonnes options pour être présents à la prochaine phase de l’aventure. » Les entreprises doivent dès lors résorber les effets de la crise, financer les remontées en cadence et investir pour l’avenir.
« La filière a été soutenue au bon niveau par l’État et les Régions, ce qui permet de ne pas être devant une avalanche de plans de sauvegarde de l’emploi et de faillites. Un soutien d’urgence, mais le retour au niveau d’activité pré-Covid va prendre plusieurs années », analyse-t-il.

Le secteur doit se renouveler pour proposer des solutions énergétiquement optimisées. L’objectif de décarbonation complète du transport aérien – capable d’afficher un bilan neutre en carbone et en effets sur le réchauffement climatique – est « encore plus ambitieux que précédemment. On parle bien d’une révolution vers une aviation frugale, qui diminue autant qu’elle peut ses besoins en énergie et devient capable de consommer des énergies d’origine renouvelables. » Ainsi, les carburants alternatifs au kérosène ou d’origine différente, comme l’hydrogène, devront être rapidement mis au point. « La neutralité carbone est exigée à l’horizon 2050 ; les premières machines fortement décarbonées devraient arriver dans les années 2030. » Et de conclure : « C’est une longue chaîne pour arriver à ces transformations, d’abord scientifiques, puis politiques, puis industrielles. Je suis confiant pour l’atteinte de ces objectifs. »
Valérie Ravinet

Sur la photo : Bruno Darboux, le nouveau président du pôle de compétitivité Aerospace Valley – Crédits : Rémy Gabalda - ToulÉco.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Les-defis-de-Bruno-Darboux-nouveau-president-d-Aerospace-Valley,32073