Montpellier. Phost’in Therapeutics lève 10 millions d’euros pour sa recherche contre le cancer

article diffusé le 26 avril 2020

La société biopharmaceutique montpelliéraine Phost’in Therapeutics, qui développe une molécule pour lutter contre les cancers les plus agressifs, vient de lever 10,3 millions d’euros. 

La levée de fonds est d’un montant inédit en plein épisode de Covid-19. Engagée dans la lutte contre le mécanisme de glycosylation aberrante de cellules cancéreuses, Phost’In Therapeutics lève 10,3 millions d’euros auprès du fonds d’investissement américain Remiges Ventures. Le tour de table est complété par le Japonais Anri et le fonds régional Irdi Soridec Gestion. Ces capitaux doivent permettre de financer « pendant quatre ans les dernières étapes précliniques réglementaires. Le premier essai clinique sera effectué avec la participation de l’Institut du Cancer de Montpellier », explique Karine Chorro, présidente et cofondatrice, fin 2014, de Phost’in Therapeutics, avec le docteur Ludovic Clarion.

Un projet démarré dès 2005 avec la recherche académique

La glycosylation est une réaction qui couvre des cellules de l’organisme de petits motifs sucrés. Anormale pour les cellules tumorales, elle les recouvre de motifs complexes, qui empêchent leur détection par le système immunitaire. La molécule identifiée par Phost’in Therapeutics devrait « pénétrer la cellule, inhiber l’enzyme à l’origine du phénomène et restaurer un phénomène de glycosylation normal », détaille Karine Chorro. L’idée est de normaliser la glycosylation des cellules atteintes. Sur ce segment de niche, Phost’in Therapeutics n’est pas seule. Mais les autres acteurs, tels que Palleon Pharmaceuticals ou CellmAbs, « ont une approche par anticorps thérapeutique, à l’extérieur de la cellule. Nous sommes les seuls à avoir identifié une molécule capable d’inverser le mécanisme cancéreux depuis l’intérieur de la cellule », décrypte Karine Chorro.

Il s’agit d’un projet au long cours, porté dès 2005 par le monde académique, via un consortium de biologistes, chimistes et médecins qui ont commencé les travaux à Montpellier (Université, CNRS, Ecole nationale de chimie, Institut des neurosciences, Institut Gerhardt) et à Paris (Sorbonne Paris Nord et Paris-Saclay). La société cible des cancers particulièrement agressifs, comme les glioblastomes, tumeurs cérébrales les plus fréquentes et les plus meurtrières, ou encore les cancers du sein triple négatifs. « Il y a un énorme besoin de renouveau thérapeutique sur ces pathologies », conclut Karine Chorro. 
Hubert Vialatte

Sur la photo : les cofondateurs de Phost’in Therapeutics Ludovic Clarion et Karine Chorro. Crédits : DR.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Montpellier-Phost-in-Therapeutics-leve-10-millions-d-euros-pour,28644