Nadia Pellefigue : « En Occitanie, la filière cybersécurité commence à se structurer »

La Région Occitanie accompagne depuis des années le développement d’une filière cybersécurité sur le territoire. Explications avec Nadia Pellefigue, vice-présidente du conseil régional Occitanie en charge du Développement économique, de la recherche, de l’innovation et de l’enseignement supérieur, en marge des Rencontres RCO qui se sont déroulées le 29 septembre dernier.

Nadia Pellefigue, pourquoi faut-il encore sensibiliser les entreprises en matière de cybersécurité ?
Il y a encore aujourd’hui beaucoup d’entreprises, notamment les TPE et PME qui sont très nombreuses en région Occitanie, qui ne perçoivent pas le risque de cybersécurité comme les concernant. Elles se considèrent comme trop petites pour être touchées par des actes de cybermalveillance. Or la menace évolue, et il est donc très important d’informer toutes les entreprises et de leur démontrer que la cybersécurité représente un investissement pour leur pérennité et leur résilience. La période difficile que nous traversons a favorisé des comportements à risque comme l’utilisation de matériel externe à l’entreprise, de certains types de logiciels ou des solutions de télétravail qui ont été mises en oeuvre un peu dans l’urgence et qui ne sont pas toujours adaptées à la sécurité informatique. La question de la sensibilisation reste majeure.

La Région a lancé le portail Cyber’Occ en 2019. Un an après, quel bilan en tirez-vous ?
Ce portail, qui a été réalisé par l’agence de développement économique Ad’Occ, a un premier bilan très positif. Cyber’Occ est consulté tous les jours avec une audience d’un peu plus de 3000 pages par mois. Le site met en avant des outils, très appréciés des entreprises, qui leur permettent de s’évaluer et d’évaluer le risque. Il présente aussi les nombreuses animations sur le thème de la cybersécurité en Occitanie. Il est très important en matière de cybersécurité et c’est tout l’objet du portail Cyber’Occ, de sensibiliser, de révéler le risque, mais en même temps d’apporter des solutions et de permettre aux entreprises d’être plus performantes.

Vous plaidez pour le développement de la filière cybersécurité sur le territoire. Où en est-on ?
Aujourd’hui, cette filière commence à se structurer. Elle compte plus de 150 acteurs, qui eux-mêmes s’impliquent dans des groupes de travail. L’ambition, c’est qu’avec l’ensemble de ces acteurs qui existent localement, je souhaite que l’on puisse donner à la filière une plus grande visibilité au niveau national et européen. Pour cela, nous avons créé la page de la communauté cyber sur le site Cyber’Occ qui recense les acteurs par domaines, types de services, géographie, etc. Nous travaillons également pour adapter des dispositifs financiers afin de soutenir l’investissement en cybersécurité. Au-delà des Rencontres de la Cybersécurité RCO et de la plateforme Cyber’Occ, nous avons organisé une vingtaine d’actions de sensibilisations, et nous en programmons de nouvelles en partenariat avec la Gendarmerie Nationale et l’Anssi.

Quels sont vos futurs projets dans le domaine ?
Il y a quelques années, j’avais, lors des RCO, annoncé notre ambition de créer un centre d’expertise régional sur la cybersécurité. Dans le cadre de ce projet, Ad’Occ a réuni de nombreux acteurs : entreprises, laboratoires de recherches, institutionnels, etc. La première phase a été la mise en ligne du site Cyber’Occ. La suite, c’est la création de ce centre d’expertise régional qui verra le jour juridiquement début 2021, avec pour mission d’animer et de répondre aux besoins de la cybersécurité, dans le cadre de recrutements, d’innovation mais aussi de moyens techniques et organisationnels pour se protéger. Il y a une attente importante d’évaluation et de sécurisation des produits issus des entreprises de notre territoire. L’objectif avec ce centre est d’avoir une capacité de services complète, du recrutement et jusqu’à l’analyse des produits et des systèmes d’information pour nos entreprises. Quand on veut soutenir l’économie locale et qu’on a l’ambition de donner à nos solutions locales une envergure européenne, il faut des produits robustes, des entreprises qui soient protégées et qui peuvent ensuite se concentrer sur le développement et leurs performances. Le rôle de la région, c’est de les accompagner en ce sens afin de garantir nos emplois et de rendre plus visibles nos savoir-faire.
Propos recueillis par M.V.
Crédit photo : Valentine Chapuis - ToulÉco

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Nadia-Pellefigue-En-Occitanie-la-filiere-cybersecurite-commence,29672