Spatial. Microtec réorganise son capital pour mieux se développer

article diffusé le 1er février 2021

Spécialisée dans le développement et la fabrication de cartes et d’équipements électroniques, Microtec change d’actionnaire et accélère sa stratégie de croissance sur le spatial et la défense.

Agora Industries, présidé par Benoit Moulas, a cédé ses parts dans la société Microtec. Et ce depuis le 28 décembre. « Le groupe a souhaité se concentrer sur Comat (fabricant toulousain dans le spatial, NDLR) », lance Vincent Gayde, repreneur en 2010 de Microtec, dédié au développement et la fabrication de cartes et d’équipements électroniques. Fabrice Marchese, le fondateur de l’entreprise AFJ, est entré au capital, prenant ainsi la majorité et la présidence. Mais ce dernier n’est pas inconnu de la PME. Son équipe dirigeante est en lien avec cet ancien directeur des études pour Matra électronique depuis des mois. En juillet, pour concrétiser ce projet de reprise, celui qui n’était pas encore président s’est installé dans les locaux de Microtec. « Il a un parcours dans l’électronique de haute fiabilité dans les secteurs du spatial, de la défense et du naval », ajoute Vincent Gayde, confiant.

Chute de l’activité aéronautique

Fabrice Marchese ne vient pas prendre ces nouvelles fonctions les poches vides. Son carnet d’adresses solide devrait conforter Microtec, dont l’activité aéronautique a été fortement amputée par la crise sanitaire et économique. « Ce secteur s’est effondré. Nous attendons une baisse de 30% en 2021 », indique Vincent Gayde. « Aujourd’hui, nos efforts portent sur le spatial et la défense. Nous tablons sur une croissance significative entre 2021 et 2024 avec les opportunités que nous apporte Fabrice Marchese. » Cette année, la production d’équipements électroniques devrait s’envoler de 15 à 20%. « On espère », tempère-t-il. « Mais c’est un challenge. »

En 2018, la PME avait inauguré à Ramonville-Saint-Agne, près de Toulouse, un nouveau site industriel de 3300 m², équipé de deux salles blanches et de bureaux. Cout de l’opération : près de3 millions d’euros. Dans la foulée, un nouvel investissement avait été effectué dans une nouvelle ligne automatisée de production et d’assemblage dédiée aux cartes électroniques. Et, cette année encore, de nouveaux équipements complèteront le parc de machines.
Audrey Sommazi

Sur la photo : Des salariés de l’usine Microtec fabriquent des équipements électroniques. Crédit : Rémy Gabalda-ToulÉco (Archives).

Tous les lundis, retrouvez l’actualité de l’aéronautique régionale sur touleco.fr.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Spatial-Microtec-reorganise-son-capital-pour-mieux-se-developper,30363