Spatial. Pour ses vingt ans, le Club Galaxie change de tête

À l’occasion de son vingtième anniversaire, le Club Galaxie, qui réunit de nombreux acteurs de la filière spatiale, a changé de présidence. En place depuis six ans, Christian Bec a ainsi cédé sa place à Catherine Lambert, la présidente du Cerfacs.

Réunis dans « leur maison » de la Cité de l’espace, les membres du Club Galaxie ont fêté en ce début juillet les vingt ans de ce réseau, « qui est un lieu d’échange, convivial, une famille », pour reprendre les mots de Christian Bec, qui a ouvert l’événement. Heureux des « six ans extraordinaires » passés à la tête du club, il a tenu à rappeler que la centaine d’entreprises qui le composent représentent près de 30 .000 emplois, dont 14.000 directement dans le secteur spatial.

Une activité qui est au cœur du Club Galaxie et que Jean-Luc Moudenc a tenu à valoriser. « L’aéronautique écrase un peu le secteur spatial, ce qui est une injustice car Toulouse représente l’excellence européenne. Nous avons des donneurs d’ordre, des industriels, des écoles, la Cité de l’espace, des start-up innovantes… Et le Club Galaxie est le liant entre tous ces acteurs », a assuré le président de Toulouse Métropole, ajoutant au passage que les arrivées dans la Ville rose du Commandement de l’espace et du Centre d’excellence spatial de l’Otan perpétuent cette longue histoire.

Ouvrir le club vers l’international

Symbole de l’importance du spatial toulousain en Europe (25 % des effectifs), le Club Galaxie réunit aussi bien des grands groupes, des PME et des entreprises qui gravitent dans cet univers (avocats, architectes…). Une spécificité que la nouvelle présidente, Catherine Lambert, par ailleurs présidente du Cerfacs, souhaite conserver. Après avoir présenté le nouveau bureau, elle a défini les priorités pour les années à venir.

« Il faut faire de ce club une référence. Pour cela, nous devons renforcer les liens entre les membres, créer des connexions avec des clubs à l’étranger pour soutenir nos entreprises à l’international, renforcer le développement des start-up, à travers le Prix Galaxie notamment (le 9 novembre prochain, NDLR), et favoriser l’arrivée de jeunes vers le spatial. »

La révolution numérique, avec l’importance accrue des données, de l’IA, du quantique et du calcul haute performance sont également au centre des préoccupations du club, qui souhaite par ailleurs créer une cartographie « des clubs qui [lui] ressemblent en Europe et dans le monde ».
Paul Périé

Sur la photo : Une table ronde était consacrée à la place du secteur et à son évolution dans la société de demain, notamment au travers de la conquête ou de l’exploration spatiale. Crédit : Paul Périé-ToulÉco.

Le nouveau bureau du Club Galaxie

  • Ludovic Daudois : vice-président PME
  • Jean-Marc Gardin : vice-président grands groupes
  • David Habrias : vice-président en charge des services
  • Albert Cerro : secrétaire général
  • Ludovic Mounier : trésorier
  • Nicolas Capet : responsable de la commission espace
  • Alexandre Tissérant : responsable de la commission entreprenariat
  • Patrick Cazeneuve : responsable du prix Galaxie

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Spatial-Pour-ses-vingt-ans-le-Club-Galaxie-change-de-tete,31627