Toulouse. La jeune pousse Norimat accélère son industrialisation

Spin-off du laboratoire Cirimat, Norimat est spécialisée dans la production de pièces à haute performance par frittage flash. La jeune pousse vient de se doter d’une machine de production spécifique et a levé 2,5 millions d’euros l’an dernier.

Sa spécialité ? La fabrication de pièces complexes pour l’aéronautique, le spatial, la défense et le luxe. Pour cela, Norimat peut s’appuyer sur la technologie du frittage flash autour de laquelle elle a déposé cinq brevets. Avec ce procédé innovant, la jeune société peut fabriquer des pièces en céramique ou en métal en chauffant des poudres par impulsion électrique, puis en les densifiant grâce à l’application d’une forte pression. « Les pièces obtenues sont très résistantes et possèdent des propriétés mécaniques très intéressantes », précise Romain Epherre, cofondateur et président de Norimat. Autre avantage non négligeable, ce procédé permet d’élaborer des matériaux en un temps record, « en trente minutes pour certains d’entre eux, contre plusieurs heures, voire jours » en manufacture traditionnelle.

Cette technologie, inventée au Japon et perfectionnée par Norimat, a déjà séduit une cinquantaine de clients dans différents secteurs d’activités. Contrainte jusqu’ici d’externaliser sa production, la jeune pousse toulousaine possède désormais son propre four de fabrication dans les locaux du CEA Tech grâce à une levée de fonds réalisée en 2019. Un équipement de près de 600.000 euros qui va lui donner une plus grande marge de manœuvre et d’augmenter sa capacité de production. « Nous allons également pouvoir proposer des pièces jusqu’à 250 mm de diamètre », ajoute Romain Epherre.

Développer le marché du luxe

Pas forcément intéressante pour les grandes séries, la technologie développée par Norimat est parfaitement adaptée à des pièces à haute valeur ajoutée. « Nous pouvons faire aussi bien des arbres de turbine pour l’aéronautique que des céramiques colorées pour l’industrie du luxe », indique Vincent Boyer, ingénieur R&D, qui développe le modèle numérique de la machine pour réduire le nombre d’essais.

L’entreprise, qui compte dix salariés, souhaite développer sa présence sur le marché du luxe. En proposant des couleurs de céramique spécifiques à ses différents clients et en les appliquant à des pièces complexes, Norimat s’est fait une place sur ce marché de niche. Elle envisage également de séduire l’automobile et certains acteurs de la santé pour élargir son portefeuille clients.
Paul Périé

Sur les photos : La nouvelle machine de Norimat au sein du CEA Tech. Crédits : Norimat - DR.

Répondre à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Toulouse-La-jeune-pousse-Norimat-accelere-son-industrialisation,28069