Toulouse. Opisto, première place de marché de pièces automobiles d’occasion en France

Le Toulousain Opisto surfe sur un marché de niche de l’économie circulaire en pleine croissance. Ses marketplaces donnent une seconde vie aux pièces d’occasion des casses automobiles.

Une aventure étudiante qui débouche sur un succès entrepreneurial… Il ne faut pas sous-estimer ses premières expériences de terrain dans la vie. Quand Laurent Assis-Arantes, encore étudiant dans son école d’ingénieurs, prépare en 2008 le 4L Trophy, il erre de casses en casses automobiles pour trouver des pièces d’occasion pour équiper sa 4L. « Ce fut un parcours du combattant. Nous avons alors découvert, hallucinés, qu’il n’existait pas de site e-commerce de mutualisation de ces pièces de seconde main », explique son ami de lycée, Johan Branca, aujourd’hui associé au sein de la société qu’ils ont co-créée en 2010 à Toulouse, Opisto.

Le concept de démocratisation de la pièce d’occasion auprès du particulier était né. Mais il s’est vite heurté à un problème majeur. « Les CVHU (centres de véhicules hors d’usage), anciennement dénommés casses, n’étaient pas équipés de solutions logicielles sur lesquelles notre place de marché de la pièce d’occasion pouvait se connecter », explique Johan Branca. Les deux associés développent donc dans un premier temps un logiciel, Opisto 360, qui gère tous les métiers des CVHU, de l’administration des véhicules à la gestion du livre de police, des stocks et jusqu’à la facturation lors des ventes. Cette solution logicielle équipe à ce jour, moyennant un abonnement, près de 490 CVHU sur les 1700 que compte la France. « Cela représente environ 600.000 véhicules traités dans l’année et 60 % du stock total de pièces d’occasion sur le territoire », mesure Johan Branca.

Des sites pour particuliers et professionnels

Un stock qui peut désormais être mutualisé et distribué via les places de marché Opisto.fr et Opisto.pro mises en place par la start-up de trente-cinq salariés. « Ce stock de pièces de réemploi représente en temps réel 3,5 millions d’articles disponibles sur nos sites. Le volume de ventes qui transite par nos places de marché a été de l’ordre de 29 millions d’euros en 2021 contre 15 millions d’euros l’année précédente. Et, chez Opisto, nous avons réalisé en 2021 un chiffre d’affaires de 4,1 millions d’euros, à 45 % en provenance de nos solutions logicielles et 55 % de nos marketplaces, contre 3,1 millions d’euros en 2020 », détaille Johan Branca. L’accent a été mis dernièrement sur la clientèle professionnelle, au-delà des particuliers. « Nous voulions pouvoir atteindre tous les acteurs de la chaîne de valeur de la pièce d’occasion, les assureurs, les experts automobiles, les réparateurs affiliés ou indépendants… Aujourd’hui, 21.000 professionnels sont connectés au stock Opisto », développe le dirigeant.

Un grand potentiel de développement

Le marché de la pièce d’occasion représente à ce jour en France seulement 3 à 4 % du marché de la pièce détachée, contre 20 % aux États-Unis ou 17 % en Suède. « Nous avons donc devant nous de belles perspectives de croissance. Et ce, d’autant que le prix des pièces neuves a augmenté de 50 % en vingt ans et que notre solution de recyclage répond aux enjeux de l’urgence environnementale », souligne Johan Branca, qui anticipe en 2022 un chiffre d’affaires de 4,9 millions d’euros pour Opisto. La start-up prévoit d’ici à la fin de 2022 de se développer en Italie et en Espagne et d’étendre son concept aux pièces d’occasion des motos.
Isabelle Meijers

Sur la photo : De gauche à droite, Laurent Assis-Arantes et Johan Branca, associés et cofondateurs d’Opisto, se sont rencontrés sur les bancs du lycée Pierre-Paul Riquet de Saint-Orens-de-Gameville. Crédit : Opisto.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Toulouse-Opisto-premiere-place-de-marche-de-pieces-automobiles-d,32903