Travaux publics : un trou d’air mais pas de licenciements en Occitanie en 2021

Après une baisse d’activité de 15% l’année dernière, le secteur des travaux publics manque de visibilité malgré le plan de relance. Les entreprises espèrent cependant éviter la vague des plans sociaux en 2021.

Avec 2000 entreprises, 27.000 emplois salariés, près de 5000 intérimaires et un chiffre d’affaires qui avoisine les 4 milliards d’euros par an, les travaux publics sont un secteur poids lourd de l’économie régionale. La profession, qui s’appuie à 70% sur la commande publique, a dressé ce jour le bilan d’une année 2020 doublement touchée. « Entre les élections municipales et la crise sanitaire, nous avons perdu 15% de notre volume d’activité, alors que nous tablions plutôt sur une baisse de 5% », a résumé Frédéric Charmasson, le président délégué de la FRTP Occitanie.

Le représentant de la profession a fait ses comptes et il estime que c’est surtout la baisse de la commande publique (-35% par rapport à 2019) qui a plombé le secteur l’année dernière. « Jusqu’à présent, nous avons tenu le choc, mais ce n’est pas sûr que l’on y arrive cette année. D’ailleurs, nous n’avons pas plus d’un mois de visibilité dans nos carnets de commande », indique-t-il.

L’intérim a déjà fait les frais de la crise

Si les entreprises régionales ont réussi à maintenir leurs effectifs en interne jusqu’à présent, les intérimaires ont eux déjà bien fait les frais de la crise. « Nous avons perdu 4700 emplois intérimaires en 2020 et nous ne devrions malheureusement en récupérer que la moitié cette année », pronostique Frédéric Charmasson, qui craint un vrai trou d’air jusqu’en septembre prochain.

Pourtant, au printemps dernier les collectivités publiques avaient immédiatement assuré qu’elles activaient le levier de la commande publique pour soutenir les travaux publics. Qu’en est-il vraiment ? « Cela a bien été le cas mais, malgré cela, nous subissons des délais de mises en œuvre incompressibles qui durent près de neuf mois et pénalisent les trésoreries », indique le professionnel. La même chose se profile justement avec le plan de relance, dont nous ne verrons aucun effet avant l’automne prochain, malgré la volonté de l’État de nous accompagner. »

Des perspectives pour 2022

Dans les douze prochains mois, les entreprises du secteur espèrent éviter les plans de licenciements grâce au dispositif de chômage partiel (déjà engagé dans certains départements ruraux) et regagner 5% d’activité en fin d‘année. Mais pour les perspectives de reprise, elles devront patienter jusqu’à début 2022 et les grands chantiers annoncés. « Nous tablons sur le développement de la fibre optique, qui se poursuit dans l’ensemble des départements de l’ex-Midi-Pyrénées, les projets engagés par la Région pour devenir la première région à énergie positive de France, les travaux de l’autoroute Toulouse-Castres et de la 3e ligne du métro toulousain, promis début 2022. »
Béatrice Girard

Sur la photo : En Occitanie 4700 emplois intérimaires ont été détruits dans les travaux publics en 2020 et la relance n’est pas attendue avant 2022. Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco.

P.S. :

Tous les jeudis, retrouvez l’actualité de l’immobilier en Occitanie sur touleco.fr.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Travaux-publics-un-trou-d-air-mais-pas-de-licenciements-en,30465