Vincent Aguilera, CPME 31 : « Il faut que notre organisation soit beaucoup plus décentralisée »

Vincent Aguilera est, depuis fin mai, le nouveau président de la Confédération des petites et moyennes entreprises de Haute-Garonne (CPME 31). Au moment où le syndicat patronal organise son festival du savoir-faire entrepreneurial Made In 31, du 16 au 18 juin, l’entrepreneur haut-garonnais nous fait part de sa volonté de plus décentraliser.

Vincent Aguilera, quelques mois après votre défaite à l’élection de la CMA d’Occitanie, comment analysez-vous cet échec ?
C’était une nouvelle formule d’élection. Nous n’étions présents à l’origine que sur trois départements, contrairement à notre adversaire [1] qui était déjà sur l’ensemble des départements depuis des décennies. Nous, CPME, avons réussi à construire des listes tant bien que mal, avec des personnes qui n’avait pas l’habitude de travailler ensemble. [2] Nous avons plus d’élus que ce que nous avions précédemment. Cette défaite n’est donc pas un échec. Cela m’a permis de rencontrer de très nombreuses personnes à travers la région (entrepreneurs, élus locaux, etc.), ce qui m’a enrichi intellectuellement. Ce que j’ai appris durant cette campagne, je vais le mettre au profit de cette organisation patronale départementale qu’est la CPME 31.

En tant que nouveau président de la CPME 31, quelle est votre feuille de route ?
Je ne débarque pas à la CPME 31. Cela fait dix-huit ans que je suis adhérent. J’ai été au conseil d’administration et j’ai assuré la vice-présidence. Mais, bien sûr, en tant que président, on a plus de prérogatives. J’ai décidé de lancer une enquête pour savoir où sont nos adhérents. Je me suis rendu compte que 80 % sont dans la métropole toulousaine. Il faut que nous soyons beaucoup plus décentralisés. Nous devons donc renforcer notre présence dans le territoires où l’on était peu présent (Comminges, Volvestre-Muretain, Sicoval, Haut-Frontonais). Nous allons mettre à la tête de chaque antenne locale des binômes actifs qui seront chargés de dupliquer les services et actions mis en place à Toulouse (pitchs d’entreprises, rendez-vous avec les collectivités locales, etc.).

Comment accompagner au mieux les entrepreneurs dans une période où les crises se succèdent (Covid, crise énergétique, crise climatique, etc.) ?
Déjà, en informant. En ne mentant pas et en parlant des différents problèmes (conséquences du Covid, inflation, PGE qui doivent être remboursés, guerre russo-ukrainienne, pénurie de personnels, etc.). Par exemple, les besoins en fonds de roulement (BFR) des entreprises vont augmenter alors que les trésoreries des entreprises vont baisser. Cela est préoccupant.
Nous avons aussi un groupe d’action et de soutien (G.A.S) qui est là pour soutenir les entreprises qui se retrouvent en difficultés économiques. Menée par Martine Labadie, ancienne experte-comptable, c’est une initiative lancée par mon prédécesseur Samuel Cette.

Quid de la transition environnementale ?
La transition energétique impacte les patrons depuis longtemps. Aujourd’hui, ce qui pose problème, c’est que l’on va trop vite dans les décisions. Par exemple, le Parlement européen a pris il y a quelques jours la décision d’arrêter toute production de véhicule thermique à l’horizon 2035. Pour qu’elles acceptent ces transformations, il faut en discuter avec les entreprises. La transition écologique, c’est, avec le numérique (cryptomonnaies, métavers, etc.), le sujet sur lequel nous allons le plus nous mobiliser.
Propos recueillis par Matthias Hardoy

Sur la photo : Vincent Aguilera, président de la CPME31. Crédit : Rémy Gabalda - ToulÉco.

Programme du Festival “du savoir-faire entrepreneurial” Made In 31, organisé par la CPME 31 :

Le 16 juin à la Cité, une journée réservée aux professionnels. Trente-et-une entreprises seront mises à l’honneur. Conférences, démonstrations, ateliers et rendez-vous d’affaires rythmeront la journée.
Le 17 juin, à la CCI de Toulouse 31, aura lieu une journée réservée aux clients des entreprises.
Le samedi 18, toujours à la CCI, journée dédiée au grand public. Il y aura notamment une séance de recrutement inversé où des chefs d’entreprises vont essayer de convaincre les demandeurs d’emplois de devenir leurs salariés.
La CPME 31 espère entre 2000 et 3000 personnes sur trois jours pour cet événement.

Notes

[1L’Union des entreprises de proximité (U2P) et sa liste La Voix des artisans, menée par Joseph Calvi.

[2La CPME, la Fédération française du bâtiment (FFB), le Conseil national des professions de l’automobile (CNPA), l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih), la Formation nationale des taxis indépendants (FNTI) ou encore la Fédération française des entreprises de génie électrique et énergétique (FFIE) sont partis ensemble dans dix départements sous la bannière « Fiers d’être artisans ».

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Vincent-Aguilera-CPME-31-Il-faut-que-notre-organisation-soit,34582