Deuxième vague : le Crédit Agricole du Languedoc accentue son soutien aux entreprises

Face au choc de la crise sanitaire, Christian Rouchon, nouveau directeur de la caisse régionale du Crédit Agricole du Languedoc, détaille le dispositif d’aides aux entreprises : pause crédits, PGE, transformation digitale des commerces… Il dénonce des chiffres économiques de la région en trompe-l’œil car « pénalisée par l’aéronautique, qui concerne très peu l’ex-Languedoc-Roussillon. »

Le Crédit Agricole du Languedoc (CAL) aborde la deuxième vague de la pandémie avec confiance et détermination. Toutes les agences des départements de l’Aude, du Gard, de l’Hérault, et de la Lozère, territoire où elle revendique 35 % de parts de marché. restent ouvertes. « Contrairement à la première vague, nous avons tous les équipements sanitaires déjà à disposition. Les équipes ont eu le temps de s’adapter au télétravail, et les processus internes se sont adaptés au mode de fonctionnement dégradé », explique, le 4 novembre aux côtés du président Jacques Boyer, le nouveau directeur général Christian Rouchon, succédant à Véronique Flachaire. « On doit s’inscrire dans la durée. Nous partons peut-être sur une série de confinements », ajoute-t-il. Face à des clients professionnels en proie au doute, il promet la poursuite de la mise en place de « pause crédits » (26.000 ont été mises en place à ce jour), et de « soutiens en fonds propres et sous forme de prêts participatifs ». Au total, près d’1 milliard d’euros de prêts garantis par l’État ont été accordés à 6100 clients.

Accompagnement des commerçants et du secteur immobilier

La banque veut aussi accompagner ses clients commerçants en les aidant dans la transition digitale et en utilisant ses quelque 1 million de clients, « pour promouvoir les produits de notre territoire sur notre site ». Une équipe de neuf experts est mobilisée : transformation des terminaux de paiement en sans-contact, installation d’options de vente à distance, création de site marchand… En France, seulement 37 % des TPE/PME ont leur propre site internet et 9 % ont un site marchand, rappelle le CAL.

En matière d’immobilier, le CAL est le premier prêteur régional, avec 2,3 milliards d’euros octroyés au 31 décembre 2019. Christian Rouchon entend diversifier le volant d’interventions du Crédit Agricole du Languedoc : sourcing du foncier, participation au capital d’opérations de promotion, financement de primo-accédants… Les agriculteurs « n’ont pas souffert au printemps, côté trésorerie : beaucoup de contrats étaient passés en 2019, pour bon nombre de coopérateurs et de caves particulières », analyse Jacques Boyer, président du CAL. « Il y a une latence entre la survenue d’une crise, et sa traduction dans la trésorerie des exploitations. C’est maintenant qu’ils vont ressentir les effets de la crise. »

Un niveau d’épargne en hausse

La concurrence des banques digitales ? « La crise sanitaire en cours ne les a pas mises en avant. Elles perdent de l’argent, la proximité humaine est réclamée par les clients. » Le niveau d’épargne a augmenté de 8 % entre septembre 2019 et septembre 2020, pour atteindre 30 milliards, dit-il. Le climat des affaires actuel révèle « la vraie philosophie entrepreneuriale des entreprises. On voit celles qui avaient des fondamentaux solides. Des consolidations s’opèrent, parfois des croissances externes. » Les chiffres économiques de la région sont d’après lui en trompe-l’œil. « L’Occitanie est pénalisée par les chiffres de l’aéronautique, qui concernent finalement très peu l’ex-Languedoc-Roussillon », analyse-t-il.

« J’aime que les choses aillent vite »

Christian Rouchon, fils de commerçants et expert-comptable de formation, se dit « très attaché à la proximité, de caractère optimiste et enthousiaste ». Il déclare : « J’aime que les choses aillent vite. Le Crédit Agricole du Languedoc doit poursuivre son adaptation pour rester une banque de son temps. » Tout en défendant le modèle coopératif. « Un monde que j’ai découvert il y a trente ans, que je n’ai jamais quitté, et qui sait conjuguer des choses que certains jugent contradictoires : les intérêts des clients et des fournisseurs, des salariés et des actionnaires. Ce modèle nous permet d’agir sans pression excessive d’actionnaires demandant des dividendes toujours plus importants. » Les profits sont affectés « à 80 % dans la consolidation des fonds propres, pour renforcer notre solvabilité, pour la sécurité des épargnants. Les quinze dernières années ont été marquées par des crises économiques et financières. Ces années ont été utiles pour révéler la différence du modèle coopératif, par rapport au modèle de banque commerciale. »

Le CAL compte 397.000 sociétaires et dispose, au 30 septembre, de 4 milliards d’euros de fonds propres, en hausse de 1,6 % par rapport au 30 septembre 2019. Ce niveau de capitaux propres consolidés représente 13,2 % du bilan consolidé, qui s’élève à fin septembre à 30,4 milliards d’euros. Le produit net bancaire s’élève au 30 septembre à 400,8 millions d’euros (- 10,6 % par rapport au 30 septembre 2019). « Bien que la situation sanitaire soit encore incertaine, les signaux de reprise économique sont favorables », conclut Jacques Boyer. Le CAL emploie 2674 collaborateurs, à travers 182 agences, quatre centres d’affaires et deux centres de contact multicanal.
Hubert Vialatte

Sur la photo : Christian Rouchon (à gauche) et Jacques Boyer, directeur général et président de la caisse régionale du Crédit Agricole du Languedoc. Crédit : DR.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/2e-vague-le-Credit-Agricole-du-Languedoc-accentue-son-soutien,29892