À Toulouse, le CNRS réaffirme sa volonté de développer des partenariats

De passage à Toulouse lundi 1er février pour son tour de France des délégations du CNRS, Antoine Petit a fait le point sur les enjeux nationaux et locaux. Le développement de collaborations avec les collectivités et le secteur privé est une des priorités du président directeur général de l’organisme de recherche.

On n’a jamais autant entendu les scientifiques que depuis le début de la pandémie. Pour autant, la défiance grandit vis-à-vis de la recherche scientifique. Une situation « assez grave », reconnaît Antoine Petit, qui pointe la responsabilité de certains, « plus soucieux de leur égo que de la vérité scientifique » pendant cette crise. « Nous devons également travailler plus et mieux avec les journalistes », ajoute-t-il. Le développement de la culture scientifique, par le biais de la vulgarisation, de l’éducation aux fake news, est justement une des volontés du CNRS au niveau national. « Et je me réjouis que la Région Occitanie en ait fait une priorité. »

En visite ce lundi 1er février à Toulouse, « deuxième centre français en termes d’effectifs après Paris Saclay » et « site d’excellence et de variété de la recherche scientifique », le PDG du CNRS a justement mis l’accent sur l’importance de la collaboration avec les collectivités publiques en matière de soutien à la recherche. « En plus des Régions, les Métropoles s’y intéressent désormais », précise Antoine Petit, qui a rencontré Carole Delga et Jean-Luc Moudenc. Il a par ailleurs profité de sa venue pour inciter les acteurs locaux à tout faire pour se structurer afin de gagner en visibilité. Après l’échec de l’Idex, « cela passera par des projets scientifiques communs, tels qu’Aniti ou le projet transdisciplinaire de l’Institut des transitions. »

Au-delà de ces recommandations, celui qui est à la tête du CNRS depuis trois ans était venu présenter sa feuille de route. Il fait d’ailleurs le constat que les priorités scientifiques de la Région Occitanie sont en résonnance avec les six défis sociétaux au cœur du contrat de performance de l’organisme : changement climatique, transition énergétique, santé et environnement, intelligence artificielle, territoire du futur et inégalités éducatives.

Accélérer les partenariats public-privé

Si la crise du Covid-19 a mis en doute la parole scientifique, elle a aussi des conséquences positives. Ainsi, le plan de relance prévoit des mesures pour la préservation des emplois de R&D dans les entreprises. « L’objectif est de mettre des chercheurs à disposition des laboratoires publics pour un ou deux ans. Cela va permettre de développer les relations de la recherche avec le secteur privé », assure Antoine Petit. À Toulouse, vingt-cinq entreprises seraient déjà intéressées par ce mécanisme, dont vingt-deux PME ou ETI. « L’accord avec l’ANR, qui va financer le dispositif, est en cours de finalisation. 300 millions d’euros sont prévus. Cela doit aider les entreprises à garder une activité de R&D. » Selon Antoine Petit, le CNRS pourrait ainsi accueillir vingt-cinq chercheurs en Occitanie.

Quatre-vingts à cent start-up sont créées par le CNRS et ses partenaires chaque année et il existe plus de cent-soixante laboratoires communs avec des partenaires industriels, dont une vingtaine en Occitanie, à l’image d’EasyCov à Montpellier ou de Biosoft et Impyact qu’Antoine Petit a visité à Toulouse. « C’est dans la politique du CNRS et il y a des résultats concrets. »

Interrogé sur la pertinence de créer un Institut quantique en Occitanie, le PDG du CNRS a souligné que cette thématique s’inscrivait parfaitement dans les objectifs du quatrième Programme d’investissement d’avenir (PIA). « Il y a des laboratoires de grande qualité dans le domaine à Toulouse et en Occitanie mais il n’y a pas de masse critique. Cependant, le champ quantique est très large et il peut y avoir des niches d’excellence. » Voulu par la Région, cet institut sera doté, à terme, de 10 millions d’euros.
Paul Périé

Sur la photo : Antoine Petit, PDG du CNRS. Crédits : Frédérique Plas - CNRS.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/A-Toulouse-le-CNRS-reaffirme-sa-volonte-de-developper-les,30453