Aéronautique. Airbus prévoit de recruter plusieurs milliers de personnes à partir de 2022

Après avoir supprimé 10.000 postes en 2020 en raison de la crise du secteur lié au Covid-19, le constructeur aéronautique prépare la reprise et annonce le recrutement massif de « plusieurs milliers d’emplois » sur trois ans.

Pour Airbus, la crise commence à se conjuguer au passé, en laissant toutefois des stigmates. En 2020, en raison de la crise du Covid-19 qui percuta le secteur de l’aéronautique, 10.000 postes ont été supprimés. Un chiffre revu à la baisse puisque, à l’origine, le plan de sauvegarde de l’emploi, mis en place pour passer le trou d’air, prévoyait la suppression de 15.000 postes.

Mais, dès l’été dernier, le patron de l’avionneur, Guillaume Faury, annonçait des indicateurs de la bonne santé de son entreprise. Au premier semestre 2021, le constructeur aéronautique européen avait livré 297 appareils, contre 196 l’an passé. Conséquence de cette bonne tenue des livraisons : le chiffre d’affaires avait bondi de 30%, à 24,6 milliards d’euros. Tout comme les bénéfices, qui atteignent les 2,2 milliards d’euros. Airbus relevait aussi ses objectifs de livraison, passant de 566 à 600 avions livrés en 2021.

aaagab_2307.jpg

Autre signe encourageant : l’avionneur européen, qui produit actuellement quarante monocouloirs de la famille A320 par mois, passera au quatrième trimestre à quarante-cinq appareils mensuels, puis à soixante-quatre appareils par mois d’ici la mi-2023, et à soixante-quinze appareils par mois d’ici à 2025. Pour accompagner la reprise, Airbus s’apprête à recruter massivement dès 2022, et pour une durée de trois ans, à l’échelle mondiale. Toulouse, son siège avec 26.000 emplois, sera concerné par ces embauches.

« Effet d’aubaine »


« Plusieurs milliers de postes à pourvoir dans tous les domaines de l’entreprise pour accompagner la reprise et la croissance future, préparer le développement des futurs programmes et poursuivre son renouvellement générationnel », explique un porte-parole du groupe qui précise que l’entreprise rencontre « une vague plus importante de départs liée à la démographie ». « Le quart de ces postes concernera de nouvelles compétences sur des projets comme ceux liés au développement d’avions à hydrogène », ajoute-t-on en interne. Des postes dans les domaines de la cybersécurité, de l’intelligence artificielle ou encore de la digitalisation seront également à pourvoir.

La CGT, elle, parle « d’effet d’aubaine ». « Pourquoi avoir supprimé des postes pour réembaucher un an plus tard ? », s’interroge Maxime Léonard, délégué syndical. « Il aurait fallu étendre l’activité partielle de longue durée (APLD), réservée à la production, à tous les salariés du groupe. Cette mesure conservatoire aurait permis de conserver l’ensemble des salariés et de passer l’orage. »
Audrey Sommazi

Sur la photo à la une : Un technicien travaille sur un réacteur sur une chaîne d’assemblage de l’avionneur.
Sur la deuxième photo : Des centaines d’ouvriers, à l’extérieur des usines d’Airbus, le 29 mai 2019 pour fêter les 50 ans de l’avionneur.
Sur la troisième photo : Des milliers d’employés de l’avionneur manifestent pour défendre leur travail avant une vague de licenciement sans précédent, en juillet 2020, au plus fort de la crise sur secteur liée au Covid-19.
Crédits : Rémy Gabalda-ToulÉco.

P.S. :

Tous les lundis, retrouvez l’actualité de l’aéronautique régionale sur touleco.fr.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Aeronautique-Airbus-prevoit-de-recruter-plusieurs-milliers-de,32152