Aéronautique. Avec le Covid-19, Celso s’émousse mais ne plonge pas

Le leader mondial de la conception et de la fabrication de coussins pour les pilotes d’avion n’a pas attendu la crise du secteur pour diversifier son activité. Un choix qui lui permettra de sortir de la crise.

« La crise, même douloureuse, a du bon », constate Agnès Timbre-Saunière, la présidente de Celso. Pourtant cette PME installée dans le Tarn-et-Garonne, à Bressols, alors en pleine croissance jusqu’à la crise du Covid-19, estime une perte d’activité sur 2020 de l’ordre de 20 à 30 %. « Oui », affirme-t-elle, « on va s’abîmer, mais on va s’en sortir ». Avec le confinement, la gérante a instauré une méthode de travail inédite : elle laisse davantage son fils prendre les rênes de la direction.

Mais surtout, la crise laisse présager de nouvelles opportunités. Sans trop en dire pour ne pas se faire souffler l’idée, Agnès Timbre-Saunière planche sur des nouveaux produits à destination des compagnies aériennes. Il faut dire que Celso s’est développée sur une activité de niche : la transformation de mousse pour des produits techniques. En clair, cette entreprise conçoit et fabrique des coussins pour les sièges des cockpits de tous les programmes Airbus. « Je suis leader mondial sur ce segment », assure la présidente. « Les concurrents mondiaux font du volume, moi du technique ».

50 % de son chiffre d’affaires avec l’aéronautique

mousse_celso.jpg

Assises pour les pilotes de l’avionneur européen, de Boeing, de Comac, de Dassault Aviation, Ceslo produit aussi des coussins pour les sièges des passagers des classes First et Business. La société aménage également les intérieurs (divans, matelas, etc.) de l’aviation d’affaires. Avec ces produits avionnables, celle qui emploie plus d’une cinquantaine de salariés réalise 50 % de son chiffre d’affaires avec l’aéronautique. « Quand le secteur va bien, je fais un taux de croissance moins important. Mais en tant de crise, j’ai moins de perte ».

Et maintenant ? Même si Celso a stoppé son projet de construction d’un bâtiment pour doubler sa surface de production, elle mise sur plusieurs atouts qui lui permettent de préserver les emplois : le marché de la rechange des pièces et la diversification de l’activité. « Nous assurons le collage, l’emballage pour différents secteurs, comme les sports et les loisirs, le médical, la puériculture aussi », assure la présidente depuis quatorze ans. L’entreprise a enregistré un bond de croissance en 2019 de 70 % pour atteindre 9,5 millions d’euros de chiffre d’affaires. Enfin, Celso « est une entreprise saine, bien capitalisée », ajoute l’unique actionnaire par ailleurs vice-présidente de la Chambre de commerce et d’industrie Montauban Tarn-et-Garonne. De quoi passer la crise pour rebondir.
Audrey Sommazi

Sur les photos : en haut : le site Celso à Bressols, dans le Tarn-et-Garonne. En bas : l’entreprise est spécialisée dans la transformation de mousses techniques et de matériaux cellulaires souples depuis plus de trente ans. Crédits : DR.

P.S. :

Tous les lundis, retrouvez l’actualité de l’aéronautique régionale sur touleco.fr.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Aeronautique-Avec-le-Covid-19-Celso-s-emousse-mais-ne-plonge-pas,28787