Aéronautique. Coup de pression (politique) pour que la ligne A321 s’implante à Toulouse

La ligne d’assemblage de l’A321 à Toulouse est-elle l’une des planches du salut d’Airbus pour rebondir après la crise ? C’est ce que croit Mickaël Nogal qui poursuit sa campagne de mobilisation des acteurs locaux autour de ce projet, pourtant en pause.

En cette rentrée décisive pour le secteur aéronautique impacté par la crise du Covid-19, Mickaël Nogal ne lâche rien. Le député En marche de la Haute-Garonne, qui a aussi contribué à la rédaction du plan de relance de l’aéronautique, est actif. Il multiplie les rendez-vous pour mobiliser acteurs économiques et décideurs autour du projet d’implantation de la chaîne d’assemblage de l’A321 à Toulouse. Comme l’avait promis l’avionneur européen.

Ce projet consistait à convertir l’ancien site de production Jean-Luc Lagardère dédié au géant d’Airbus - l’A380 dont l’exploitation a été arrêtée- en ligne d’assemblage de l’A321. La direction d’Airbus s’y était engagée en janvier dernier. Mais dans le contexte actuel qui amène le constructeur à supprimer 15.000 postes - dont 5000 en France et 3800 à Toulouse - et alors que le trafic aérien ne devrait retrouver ses niveaux antérieurs à la crise du coronavirus qu’en 2024, selon les dernières prévisions, ce projet est suspendu.

« Notre projet de création de ligne A321 à Toulouse est en pause, en attente », confirme une porte-parole de la direction de l’avionneur européen. « Lorsque nous verrons les taux de production repartir à la hausse, nous reprendrons ce projet. Pour l’instant, nous conservons les deux lignes existantes (à Toulouse, NDLR) et préservons les liquidités de l’entreprise ».

« Toulouse a besoin de cette ligne »

Une réponse qui ne satisfait pourtant pas Mickaël Nogal, « Airbus doit être clair et transparent, même si le patron Guillaume Faury évoque un contexte difficile », rétorque le parlementaire. « C’est une erreur d’en parler plus tard dans le sens ou on ne doit pas attendre la fin d’une crise pour penser l’après. Il faut anticiper et fixer un calendrier ». D’autant que le député ne manque pas d’arguments pour convaincre.
Déjà, cette ligne d’assemblage pourrait amortir le choc de la crise puisqu’elle prévoit de créer 600 emplois. « Cette chaîne permettrait d’éviter les départs contraints », dans le cadre du PSE, assure-t-il.

« Elle est une des solutions que nous apportons à la table des négociations avec la direction », abonde de son côté Jean-François Knepper, délégué central FO chez Airbus.
De plus, cet avion est promis à un bel avenir, selon le député, puisqu’il a déjà engrangé au mitan de l’été pas moins de 3000 commandes, dont plus de 400 pour la version longue distance, XLR.
Enfin, estime-t-il, « Toulouse a besoin de cette ligne, ainsi que les autres sites d’Airbus et les sous-traitants ».
Audrey Sommazi

Sur la photo : En juillet, la compagnie aérienne Air Transat a pris livraison de deux Airbus A321LR. Crédits : Airbus.

Tous les lundis, retrouvez l’actualité de l’aéronautique régionale sur touleco.fr.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Aeronautique-Coup-de-pression-politique-pour-que-l-A321-s,29422