Avec Innovexus, le Village by CA veut faire passer la vitesse supérieure à ses start-ups

Trois caisses régionales du Crédit Agricole lancent un partenariat avec Inovexus, un accélérateur de start-ups qui aide les entrepreneurs à améliorer leurs levées de fonds. Un moyen de maintenir ces entreprises innovantes dans les territoires.

Le Crédit Agricole mise depuis un moment sur les jeunes pousses. En 2014, la banque lançait le premier Village by CA, sa pépinière pour accueillir et accompagner des créateurs de start-up. Aujourd’hui, il en existe trente-six en France et dans le monde (à Milan, en Asie, etc.) et 950 start-ups ont été soutenues. Trois villages adossés à des caisses régionales (Toulouse, Languedoc et Centre-Loire) vont désormais plus loin et s’allient à Inovexus, un accélérateur de start-up, pour proposer une nouvelle offre aux porteurs de projets.

Accélérer la levée de fonds

Philippe Roche a travaillé pendant des décennies à Los Angeles et connaît bien les us et coutumes de la Silicon Valley. Il y a cinq ans, il a fondé Inovexus pour accompagner les start-ups françaises dans leurs modèles de financement. « J’étais frustré de voir qu’en France, les entrepreneurs ne reçoivent pas les financements qu’ils méritent. L’objectif est de leur apprendre à accélérer leurs levées de fonds, notamment aux États-Unis. Il faut savoir comment présenter et défendre le meilleur dossier de financement possible. Inovexus se fait rémunérer seulement au moment où la levée de fonds est un succès », explique Philippe Roche.

Des projets qui ont une utilité sociale

Dans les trois caisses régionales, l’accompagnement mis en place va se dérouler sur un minimum de trois mois et sera assuré par un mentor travaillant dans un domaine proche de celui de la start-up. Vingt à vingt-cinq projets maximum seront soutenus chaque année « pour que chacun puisse être défendu, que se soit vraiment des idées qui nous tiennent à cœur et qui ont une utilité sociale », souligne l’entrepreneur.

Depuis un an, Inovexus teste son offre en soutenant déjà quelques jeunes pousses comme My Rookie, une application mobile multi-plateforme de recrutement sportif, inventée par un ancien rugbyman, qui met en relation tous les intervenants autour de jeunes athlètes. Ou Core, qui propose un système sophistiqué anti-somnolence au volant grâce à l’analyse du rythme cardiaque des conducteurs.

Rester ou partir ?

« Avec des tels programmes d’aide en régions, les start-ups n’ont ni intérêt, ni besoin de s’exiler à Paris ou à l’étranger », estime le fondateur de l’accélérateur. Damien Du Fretay, business angel qui a investi au capital de Core, acquiesce : « Le risque de fuir la France interviendra plus tard, lorsque l’entreprise aura levé plusieurs fois des fonds. On est face à une question politique. Comment encourager les entreprises que l’on soutient à poursuivre leur développement en France », interroge l’investisseur. « Il nous faudrait des heures pour débattre de ça ! », reconnaît dans un rire Philippe Roche. Les jeunes pousses du Village by CA ne sont pas - encore - dans ces considérations-là.
Matthias Hardoy

Sur la photo : Philippe Roche, fondateur d’Innovexus. Crédits : DR.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Avec-Innovexus-le-Village-by-CA-veut-faire-passer-la-vitesse,29514