Olivier Rondolotto, Centrakor : « Nous avons été une sorte de refuge durant la crise »

L’enseigne toulousaine Centrakor, spécialiste de la décoration et de l’équipement de maison à bas prix à poursuivit son développement malgré la crise. Son PDG, Olivier Rondolotto nous parle des projets d’une société qui fait toujours partie des leaders de son secteur.

Olivier Rondolotto, comment Centrakor a traversé cette année de crise ?
Nous ne nous en sortons pas mal du tout. Le chiffre d’affaires, que nous calculons actuellement, est juste en dessous de celui de 2019, qui s’élevait à 850 millions d’euros. Ce que l’on n’imaginait pas forcément en mars dernier au début de la crise sanitaire. L’équipement de maison a été plébiscité cette année. Nous avons fait partie des magasins qui ont le moins subi de fermetures. Nous avons donc conscience que les gens sont venus chez nous aussi, en partie, car beaucoup d’autres endroits étaient malheureusement fermés (restaurants, lieux de culture, etc.). Nous avons été une sorte de refuge.

2020 a aussi été l’année où vous vous êtes développés en dehors de l’Hexagone ?
Oui, nous avons ouvert des magasins dans les Drom-Com [1]. Nous nous sommes installés aussi en Belgique, avec un premier Centrakor. En 2021, nous allons en ouvrir cinq de plus en Wallonie. Nous commençons notre implantation européenne tout doucement, en premier lieu par les régions francophones. Nous pensons par exemple aussi à la Suisse ou au Luxembourg. Nous souhaitons nous développer au-delà, mais la crise chez certains de nos voisins, comme l’Italie et Espagne, est forte actuellement. Nous nous y implanterons donc plus tard.

Quels sont vos projets en France métropolitaine ?
Nous allons ouvrir vingt magasins Centrakor supplémentaires en métropole. Depuis deux ans et l’ouverture de magasins sur la Côte d’Azur, nous sommes présents dans toutes les régions françaises. Mais il y a toujours des endroits où nous aimerions nous développer, comme la région parisienne. À Toulouse, nous allons ouvrir par exemple un magasin de 4000 mètres carrés à Balma, à la fin de l’année, pour remplacer un point de ventes de 900 mètres carrés qui n’a pas été rénové depuis longtemps. Les travaux viennent de démarrer. C’est l’un de nos projets les plus importants à ce jour. Nous avons parcouru du chemin depuis 2004 quand j’ai racheté la société. Nous avons aujourd’hui 420 points de vente. Quatre-vingt cinq sont des succursales. Les autres sont gérés par des concessionnaires.
Propos recueillis par Matthias Hardoy

Sur la photo : Olivier Rondolotto, PDG de Centrakor, le spécialiste de la décoration et de l’équipement de maison à bas pris qui a bien traverser cette année de crise. Crédit : D.R.

Notes

[1Départements et régions d’outre-mer et collectivités d’outre-mer

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Centrakor,30560