De Toulouse à Nantes, Paulette trace sa route

Après deux ans d’existence, le réseau d’agences de location de vélo Paulette va désormais permettre de pédaler hors d’Occitanie. Avec un chiffre d’affaires doublé entre les deux premiers exercices, l’entreprise toulousaine compte sur l’engouement pour le tourisme local afin de poursuivre sa croissance.

Partie longer le Canal du midi à vélo avec des amis à l’été 2018, Hélène Fauveau constate les difficultés existantes pour en louer un. « Il fallait demander un devis, faire plusieurs démarches. Aujourd’hui, le milieu évolue mais il a longtemps été très traditionnel », explique-t-elle. Alors freelance en marketing digital à Paris, elle réfléchit à une alternative et propose à son père, à la tête de plusieurs franchises de location de voitures, de louer également des vélos. La réflexion ira bien plus loin et l’aventure familiale devient Paulette, début 2019, en référence à la chanson d’Yves Montand.

« L’idée de départ était de faire de Paulette un réseau d’agences pour développer le cyclotourisme et les vacances à vélo le long du Canal du midi. Pouvoir prendre un vélo et le laisser n’importe où », détaille Hélène Fauveau. La première agence ouvre à Toulouse en avril 2019 et, la première année, Paulette couvre le trajet Toulouse-Sète et la partie du canal vers Narbonne avec des agences et des points relais. En 2020, le réseau s’agrandit avec une agence à Argelès-sur-Mer, sur le trajet de la Méditerranée à vélo, et un lieu de dépôt à Bordeaux.

Croissance géographique au bout du chemin

Si l’expérience de la location de voitures a été très utile lors des premiers mois, Hélène Fauveau souligne qu’il a fallu s’adapter. « La clientèle est différente, davantage dans la découverte, le tourisme. Il faut donc former les personnels à ces attentes ou s’appuyer sur des compétences. » À Port-Lauragais, les cyclistes peuvent par exemple récupérer ou déposer leur vélo à l’Office de tourisme. Il est possible de choisir son modèle (VTT, VTC, électrique, tandem…) et de réserver directement sur le site en précisant les dates et lieux de départ et d’arrivée de son périple.

Paulette propose également des services de stockage de bagages et des accessoires pour les vélos (sacoche, remorque enfant…) afin de faciliter au maximum le trajet. Et le concept a largement séduit les amoureux de la petite reine, puisque Paulette a doublé son chiffre d’affaires entre 2019 et 2020, et ce malgré le confinement, dont l’impact a été important. « Nous faisons clairement notre chiffre sur six mois de l’année, d’avril à la Toussaint, donc cela a été dur. Après une année de lancement, nous avons eu la Covid, donc nous n’avons aucune idée de ce qu’est une année normale », reconnait la dirigeante de Paulette, qui compte pour l’instant deux salariés, auxquels s’ajoutent des saisonniers.

Dans quelques jours, c’est à Nantes que Paulette veut poser ses vélos pour permettre aux touristes de parcourir les itinéraires de la Loire à Vélo ou de la Vélodyssée grâce à un réseau de partenaires. Et Paulette ne cache pas ses ambitions de faire sa trace dans d’autres régions. « Si l’extension à Nantes est validée, nous voulons poursuivre notre croissance géographique en suivant les grands itinéraires », affirme Hélène Fauveau. Elle compte pour cela sur l’envie de plein air des Français et sur le développement du tourisme local. « Entre les deux années, la clientèle a évolué avec beaucoup plus de bandes de copains de 30-35 ans et de jeunes familles, notamment des Parisiens. »
Paul Périé

Sur les photos : Hélène Fauveau, dirigeante de Paulette, spécialiste de la location de bicyclettes, dans l’agence et atelier de Toulouse. Romain Tomasi, ancien champion de France cadet de cyclisme sur route, à l’entretien des vélos. Toute la flotte est réparée à Toulouse. Crédit : Remy Gabalda - ToulÉco.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/De-Toulouse-a-Nantes-Paulette-trace-sa-route,30785