Toulouse. Madly se joue des codes des applications de rencontre

L’application de rencontre toulousaine Madly mise sur le jeu, et non le hasard, pour rencontrer l’amour. Lancée en 2018, elle compte aujourd’hui 200.000 utilisateurs actifs partout en France et envisage une levée de fonds en 2020.

Madly cherche à renouveler le modèle des applications de rencontre en s’inspirant de celui des jeux mobiles. Cet anti-Tinder propose à ses utilisateurs d’aller au delà du physique de leurs interlocuteurs en apprenant à les connaître en jouant. Lancée en 2018 à Toulouse, la jeune pousse s’est déployée progressivement sur tout le territoire, où elle cherche aujourd’hui à renforcer son ancrage, avant d’attaquer le marché européen en 2021. « Pour rivaliser avec les grands acteurs du marché, nous nous devons de compter un nombre de profils par ville comparable aux leurs. L’objectif est ainsi d’amener les utilisateurs à se connecter régulièrement », explique Sébastien Boher, le cofondateur de la société. « Ils sont en général séduits par notre manière d’aborder la rencontre par le biais de questions plus ou moins sérieuses. »

Un modèle économique basé à parts égales sur le BtoB et le BtoC

Madly revendique aujourd’hui 200.000 utilisateurs actifs en France et 600.000 conversations. Le modèle économique de la start-up reposera à terme à parts égales sur le BtoC et le BtoB. « Un modèle jusque-là inédit pour une application de rencontres », se réjouit Sébastien Boher. Elle est proposée en freemium aux utilisateurs, qui peuvent débloquer des options en achetant des crédits. « Notre objectif n’est pas de les obliger à payer, l’application doit rester gratuite. Mais nous allons débloquer au fur et à mesure de plus en plus de fonctionnalités payantes. » Pour le BtoB, Madly met en avant sa connaissance très fine de ses utilisateurs grâce aux questions qu’ils s’échangent. Une connaissance qui lui permet de créer des publicités ciblées. « Nous souhaitons qu’elles ne soient pas agressives pour l’utilisateur et qu’elles s’insèrent même dans ses dialogues. »

Une levée de fonds en ligne de mire

La jeune pousse n’a pas été impactée, sinon positivement, par le confinement. Elle a gagné 31.200 nouveaux inscrits depuis son démarrage. « Comme les gens ne pouvaient plus se rencontrer, ils se sont reportés sur les applications de rencontres », s’amuse Sébastien Boher. Pour accélérer son développement publicitaire et lancer son ouverture à l’international, Madly envisage de lever 250.000 euros d’ici la fin de l’année 2020. « Nous avons déjà réuni 30.000 euros sur cette somme auprès d’investisseurs. Nous souhaitons valider notre modèle économique et que l’application soit rentable d’ici là », conclut son cofondateur.
Agnès Frémiot

Sur la photo : L’équipe de la start-up toulousaine Madly. Photo : DR.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Depuis-Toulouse-l-application-de-rencontre-Madly-se-joue-du,28771