Figeac. La société coopérative Railcoop refait rouler des trains sur les rails oubliés

Exploitant ferroviaire basé à Figeac, la société coopérative Railcoop a pour ambition de réhabiliter les rails mal utilisés ou délaissés. Dès 2021, une ligne de fret Figeac-Toulouse devrait voir le jour, ainsi qu’une ligne voyageurs Bordeaux-Lyon, en 2022. Une manière de prouver que l’économie sociale et solidaire peut investir tous les secteurs.

Le 10 juin dernier, un peu plus d’un an après la création de Railcoop, les quelque 700 sociétaires de cette SCIC (Société Coopérative d’Intérêt Collectif) ont sauté de joie : ils venaient officiellement de déclarer à l’Autorité de régulation des transports le projet de faire de nouveau rouler des trains de voyageurs sur la ligne Bordeaux-Lyon. Cette notification constitue la première étape vers la mise en place du service, prévue pour l’été 2022.

« Nous attendons 690.000 voyageurs annuels sur cette ligne », annonce le directeur général de la société, le Lotois Nicolas Debaisieux. « Il y a un marché à prendre car l’offre de train est faible. Depuis la suppression du service en 2014, il n’existe plus de liaison directe ferroviaire entre Lyon, deuxième plus grande métropole de France, et Bordeaux. Le marché province-province en train classique reste largement inexploité. La suppression à venir des vols intérieurs confortera cette stratégie, d’autant que le train est le transport en commun le moins polluant », décrit cet ancien fonctionnaire du ministère de la Transition écologique.

La déclaration de ce projet auprès de l’Autorité de Régulation des Transports est obligatoire, elle doit permettre de s’assurer que l’exploitation de cette ligne ne perturbe pas un service public existant, et si c’était le cas, d’apporter des modifications au projet. « Je ne pense pas qu’il y aura de problème puisque le service que nous proposons n’est assuré par personne d’autre, le trajet n’est pas couvert faute de rentabilité suffisante », anticipe Nicolas Debaisieux.

À noter qu’avec un temps de parcours prévu de 6h47, le service sera plus lent que la connexion via Paris. « Il y a une vraie demande pour des services ferroviaires directs, confortables, sûrs, à un prix abordable et pour lesquels l’enjeu de vitesse est secondaire. Railcoop a d’ailleurs fait valider le potentiel de marché par Systra, le leader de l’ingénierie et du conseil dans le monde ferroviaire », répond le directeur général.
Un projet Toulouse-Rennes via Limoges, Poitiers et Tours a également été déposé.

Un opérateur ferroviaire coopératif

groupe_de_travail_sur_la_communication.jpg

Railcoop a aussi des ambitions dans le fret, avec une navette Figeac-Toulouse qui devrait voir le jour en 2021 afin de connecter les deux bassins d’emplois (notamment les sous-traitants aéronautiques). La société, qui n’est pas propriétaire de l’infrastructure, loue le réseau à SNCF Réseau pour utiliser les rails, et loue également le matériel roulant (locomotives, wagons, trains) mais embauchera ses propres conducteurs de trains et personnels de gare. La société a lancé un appel à souscription pour atteindre 1,5 million d’euros de capital social, le minimum pour obtenir la licence d’entreprise ferroviaire. Actuellement, elle atteint 250.000 euros.

Le modèle choisi, la SCIC, permet notamment une grande diversité d’actionnaires, qu’ils soient des entreprises, des collectivités, des usagers, ou des salariés de Railcoop. Sur le principe d’une personne = une voix, le projet est ainsi co-construit selon de multiples intérêts : la baisse des émissions de CO2 pour certains, la réhabilitation du réseau ferroviaire pour d’autres… au final, Railcoop, dont le siège social est à Figeac, est l’unique entreprise de l’économie sociale et solidaire à investir le champ du ferroviaire, en France et en Europe. Étonnement, aucune entreprise ou collectivité locale d’Occitanie n’est pour le moment partie prenante du projet, qui a réuni par ailleurs des sociétés parisiennes, ou belges par exemple.
Sophie Arutunian

Sur la photo en haut de gauche à droite : Nicolas Debaisieux, directeur général de Railcoop, Fabrice Bellavista, administrateur, et Anne-Sophie Lahaye, community manager. En bas : l’équipe de Railcoop. Crédits : Crédits : Railcoop.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Figeac-La-societe-cooperative-Railcoop-refait-rouler-des-trains,29042