Haute-Garonne. Les premiers vœux très politiques de Sébastien Vincini

Le nouveau président du Conseil départemental de Haute-Garonne a adressé ses premiers vœux à la presse. Dans la continuité sur le fond, le changement avec Georges Méric était bien plus générationnel et dans le style. Sébastien Vincini a aussi pris le temps de donner son avis sur les enjeux nationaux.

Sébastien Vincini arrive du fond de la salle des Pas Perdus. Il prend le temps de serrer la main de chaque journaliste présent, avant de s’avancer seul vers son pupitre, sous l’immense photographie de Jean-Jaurès s’adressant à la foule. Contrairement à son prédécesseur, qui était souvent entouré de ses vice-présidents pour ses vœux à la presse, il est seul en ce matin de janvier 2023, pour la première fois dans le costume de président du Département de Haute-Garonne. L’ancien premier vice-président au budget est trente ans plus jeune que Georges Méric, qui a décidé pour son soixante-quinzième anniversaire, en novembre dernier, de passer la main.

Le quadragénaire n’est pas neuf dans le paysage, plus que rodé au fonctionnement du monde politique, tant à l’échelon local que national. Maire de Cintegabelle jusqu’à la fin de l’année dernière, Sébastien Vincini a été le premier secrétaire fédéral du Parti socialiste (PS) en Haute-Garonne jusqu’à mai 2022. Secrétaire national du PS, le Haut-Garonnais a fait partie de l’équipe socialiste qui a négocié l’accord de la Nupes avec les autres forces de gauche pour les législatives de juin. Toujours partisan de l’union, il défend la réélection d’Olivier Faure au poste de Premier secrétaire. À tout juste 44 ans, sa vie politique peut être encore bien longue.

Sur un ton plus vif, avec un débit plus rapide mais dans un style moins littéraire et métaphorique que celui de Georges Méric, Sébastien Vincini a livré un discours tourné tout d’abord et longuement vers la politique nationale, comme pour démontrer qu’il ne se contenterait pas de gérer sagement son exécutif local. Le nouveau président du Conseil départemental s’oppose très vite au gouvernement, en déplorant que celui-ci « ne s’attaque pas aux problèmes du quotidien des Français » et ne se fixe pas, en cette nouvelle année, « un cap de justice sociale et climatique ». Emmanuel Macron en prend pour son grade, lui dont les actions en tant que président de la République ne seraient « pas en accord avec son grand discours lors de la crise sanitaire sur le monde d’après qui devait être différent de celui d’avant ». Réforme du RSA, de l’assurance chômage et des retraites, l’élu socialiste se présente comme « un opposant affirmé » à toutes ces initiatives gouvernementales et met en avant des propositions comme « une taxe sur les hauts revenus ou la réforme de la CSG pour la rendre plus progressive ».

Social et mobilité, dans les pas de Georges Méric

toulecox1_01.jpg

Vient ensuite le moment de présenter les actions à mettre en œuvre à l’échelle de la Haute-Garonne en 2023, le président réaffirmant « le rôle de bouclier social du Département », une expression à laquelle était attaché son prédécesseur. Première annonce, la pérennisation des bons solidaires de 150 à 300 euros destinés aux achats de produits alimentaires et première nécessité. Plus de 110.000 bons auraient déjà été attribués depuis le début de la crise sanitaire aux plus précaires, dont 9200 à des étudiants. Également annoncée, une aide financière pour les travaux de rénovation énergétique allant jusqu’à 12.500 euros ou encore le renforcement de l’aide du Département pour maintenir les tarifs de restauration scolaire à 3,10 euros alors que le prix des matières premières est en hausse.

Lire par ailleurs : A voté : le Département de Haute-Garonne renforce son plan pour la transition écologique

Sur le front de la mobilité, Sébastien Vincini a affirmé son soutien à la LGV Toulouse-Bordeaux, qu’il juge « nécessaire car elle va désenclaver une partie du territoire ». Le Conseil départemental va y contribuer à hauteur de 534,4 millions d’euros. Il a ensuite mis en avant les sept réseaux express vélo (Rev) qui seront mis en service en 2025 pour un investissement total de 53 millions d’euros. Un peu plus tôt, pour résumer sa vision de la politique, Sébastien Vincini a assuré qu’il ne croyait pas « au grand soir » et que son combat politique visait « une société apaisée ». À l’échelle départementale, il a au moins quatre ans pour y travailler.
Matthias Hardoy

Sur la photo : Le nouveau président du conseil départemental de Haute-Garonne, Sébastien Vincini. Crédit : Rémy Gabalda-ToulÉco.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Haute-Garonne-Les-premiers-voeux-tres-politiques-de-Sebastien,36525