Laure Lenzotti, cheville ouvrière de la French Tech Méditerranée

Impulser une dynamique avec une nouvelle équipe, sur un territoire élargi, en période de confinements : la directrice de la French Tech Méditerranée a fort à faire depuis sa nomination, il y a deux ans.

Déjà deux ans à la barre de la French Tech Méditerranée (FTM). Une période marquée « par les confinements successifs, avec une équipe à construire, sur un territoire élargi, incluant l’Ouest-Hérault, le Gard et le Sud-Aveyron », confie Laure Lenzotti, directrice, alors que la précédente French Tech locale se concentrait uniquement sur la métropole de Montpellier. Sa fierté ? « Avoir réussi à créer une dynamique, pour répondre aux enjeux de croissance et d’internationalisation. »

La FTM, présidée par Clément Saad (Pradeo, sécurité des smartphones), compte à ce stade 160 start-up, soit 40 de plus qu’en 2020, avec un taux de renouvellement de 70 %, et un budget annuel de 500.000 euros. À ses côtés, l’équipe est composée de Léa Blazquez, chargée de communication, Laure Lenzotti, directrice déléguée, Manon Chittaro, coordinatrice territoriale, Chloé Carrere, coordinatrice talents et de Roseline Compan, assistante communication et gestion de projets.

Difficultés de recrutements et diversité

Sur la feuille de route de Laure Lenzotti, ex-responsable du fonds Crealia Occitanie, plateforme régionale dédiée au financement des jeunes entreprises innovantes, « le recrutement de compétences, notamment de développeurs, qui est un vrai enjeu dans le développement de start-up. Des actions sont menées avec les collectivités, les universités et les écoles. » Autre priorité, « la parité et la diversité au sein des entreprises ». Sur ce plan, la FTM se distingue au plan national, avec dix-neuf lauréats sur le French Tech Tremplin 2022, au lieu de huit l’an dernier. « Chaque lauréat est un porteur de projet issu d’un quartier politique de la ville, un étudiant boursier, un réfugié, etc. Un membre de la FTM les mentore individuellement, pour les rapprocher de l’écosystème et les préparer à la création d’entreprise. »

Sur l’agenda, un événement de la French Tech Centrale à Nîmes au Bic Innov’Up le 16 septembre, un autre à Béziers en octobre, et, en lien avec l’agence Ad’Occ, une mission à Hambourg (Allemagne) du 19 au 23 septembre. À travers Business Link, un lien pérenne est tissé entre start-up adhérentes et représentants locaux de grands groupes adhérents : La Poste, BNP Paribas, Banque Populaire du Sud, Caisse d’Épargne, CIC, Crédit Agricole du Languedoc, BRL, Dell, EDF, Enedis, IBM, Orange, SFR, Société générale, Veolia et Matooma.

Enfin, la FTM va s’implanter dans la nouvelle Halle de l’innovation, dans le quartier Cambacérès (gare TGV). Un lieu idéal en matière de synergies, où se trouveront également des start-up, le Business Innovation Center de la métropole de Montpellier et la future agence d’attractivité du territoire.
Hubert Vialatte
Photo : DR.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Laure-Lenzotti-cheville-ouvriere-de-la-French-Tech-Mediterranee,35934