Le Crédit Agricole Toulouse 31 se présente comme « un facilitateur vers la transition énergétique »

En ce début d’année 2022, le Crédit Agricole Toulouse 31 a choisi de mettre en avant sa politique en termes de transition écologique et sociale. En plus d’actions en interne, elle dit vouloir pousser ses clients à faire progressivement des pas vers la « transition énergétique ».

Cette fois-ci, ils n’étaient pas là pour présenter des résultats économiques. Nicolas Langevin, directeur général, et Nicolas Mauré, président du Crédit Agricole Toulouse 31, ont choisi de rencontrer la presse pour présenter la philosophie de leur caisse locale en matière de transition écologique. La banque dit ainsi s’inscrire dans l’objectif de neutralité carbone en 2050 [1].

La banque s’engage en interne (bilan carbone pour la société et ses salariés, rénovation dans ses agences) mais veut surtout « encourager ses clients et ses fournisseurs » à progresser sur l’évolution de leurs pratiques en matière d’environnement. Elle va poursuivre en 2022 une série d’entretiens-diagnostics (une trentaine ont été réalisés) avec tout d’abord des grandes entreprises pour faire le point sur leurs politiques écologiques. Cette opération est encore dans « une phase pilote », admet Nicolas Langevin.

Objectif : « Faire tourner l’économie réelle dans le même sens que la planète »

Les autres annonces sont la promotion auprès des clients particuliers de leurs prêts verts (pour des véhicules électriques, de la rénovation energetioque, etc.), de France Renov, plateforme qui veut lutter contre « les passoires énergétiques » [2], et de Greenflex, entreprise qui donne des conseils écologiques aux entreprises.

À noter également le lancement, avec le cabinet de conseil Carbone 4, d’un nouveau système cartographique « pour mieux étudier les risques climatiques afin d éviter de soutenir de nouvelles constructions dans des zones dangereuses ». Le directeur général dit « ne pas vouloir opposer démarche écologique et démarche économique ». Il souhaite faire tourner « l’économie réelle dans le même sens que la planète ». Le Crédit Agricole doit être « un facilitateur vers la transition énergétique », assure-t-il. Les quelques mesures annoncées vont-elles le permettre ? Nicolas Langevin reconnaît qu’on est « loin du grand soir écologique ». À défaut, la banque « fait sa part », selon ses dirigeants, et veut montrer qu’elle commence à tracer un horizon sur le sujet [3].
Matthias Hardoy

Sur la photo : Nicolas Langevin, directeur général et Nicolas Mauré, président du Crédit Agricole Toulouse 31. Crédit : M.H

Et la RSE ?
Sur le volet social de sa démarche RSE (responsabilité sociétale des entreprises), peu de nouveautés par rapport à l’an passé. mais la mise en avant de Youzful, la plateforme qui veut mettre en relation les jeunes avec le entreprises régionales qui recrutent. Pour sa part, la caisse locale revendique d’avoir recruté 90 personnes en CDI, « dont de nombreux jeunes » et d’avoir ouvert « des centaines de stages, d’alternances et de CDD pour les étudiants ». Le Crédit Agricole Toulouse 31 comptait, en 2020, 1400 collaborateurs.

Notes

[1Équilibre entre les émissions de carbone et l’absorption du carbone de l’atmosphère.

[2L’objectif est de ne soutenir désormais que les projets immobiliers ayant le meilleur diagnostic de performance énergétique possible.

[3Selon le rapport Banking on Climate Chaos 2021, établi par six ONG, le Crédit agricole est la troisième banque française (derrière BNP Paribas et la Société Générale) qui finance le plus les entreprises polluantes, avec quelque 64 milliards de dollars entre 2016 et 2020.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Le-Credit-Agricole-Toulouse-31-se-presente-comme-un-facilitateur,32901