Municipales à Toulouse : la rétro de la semaine

J-44

Semaine chargée sur le front des municipales. Jamais l’écologie n’avait autant occupé les candidats au Capitole. Et à gauche, Pierre Cohen propose une liste commune au second tour pour éviter la réélection de Jean-Luc Moudenc, un « Macron plus plus » selon l’ancien maire.

Écologie et urgence climatique ont enfin réussi à s’imposer dans le débat politique municipal. Ainsi, depuis le début de la campagne, Jean-Luc Moudenc fait patte verte. Lundi, le maire sortant s’est engagé à supprimer tous les bus diesel d’ici 2026, à donner la gratuité du stationnement sur rue pour les véhicules électriques et à multiplier par cinq le nombre de places de rechargement. Autre proposition déjà formulée par Archipel Citoyen, la généralisation des zones 30, hors grands axes et un objectif zéro discontinuité pour les pistes cyclables avec un budget sanctuarisé de 10 millions d’euros par an.

Face au « greenwashing » de Jean-Luc Moudenc, Antoine Maurice et ses colistiers d’Archipel Citoyen défendent « une stratégie globale ». Archipel Citoyen a proposé mercredi la création d’une « autorité organisatrice du défi climatique » et un Plan Climat permettant une diminution significative de la consommation énergétique et des émissions de gaz à effet de serre . Il affecterait un budget de 11 millions d’euros à la rénovation énergétique des logements sociaux. Un axe sur lequel se retrouve Pierre Cohen.

Plus de familles à la rue

La tête de liste « Pour la cohésion, L’autre choix », a rappelé mercredi que toutes ses préconisations étaient dictées par « l’urgence climatique et sociale ». L’ancien maire PS de Toulouse qui a rallié le mouvement Génération.s de Benoît Hamon, s’en est pris au projet de Jean-Luc Moudenc dont il pointe « la continuité molle ». De son côté, il s’est engagé, s’il est élu, à ce qu’il n’y ait plus de familles avec enfants dans la rue dans les deux ans, notamment en destinant le patrimoine public de la ville au logement d’urgence ou provisoire. Outre l’encadrement des loyers, la règle des trois tiers pour les nouveaux programmes immobiliers, Pierre Cohen s’est aussi engagé à « rétablir des tarifications solidaires » dans les transports, pour les Clae et à restaurer la gratuité de la cantine pour les plus démunis qui avait été supprimée en 2014.

« La bascule écologique » de Nadia Pellefigue

Du côté de la candidate Nadia Pellefigue, l’heure est aussi à « la bascule écologique », « colonne vertébrale » de son projet. La liste Une PS, PRG et PC a présenté jeudi sa « feuille de route volontariste » et ses « objectifs précis, mesurables et vérifiables » avec pour commencer, une baisse de 50 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030.

Pour y arriver, ses membres se sont fixé comme objectif de réduire de moitié les déplacements liés au transports de marchandises en ville et la part de la voiture dans Toulouse, en s’appuyant notamment sur le plan vélo de l’association 2 Pieds 2 Roues à 40 millions d’euros par an. Autre levier : la rénovation énergétique des logements à laquelle la liste de Nadia Pellefique, favorable à un « Giec local », veut dédier un « guichet unique » pour parvenir à 8000 logements par an en haute performance énergétique (2 % du parc total).

Toujours éparpillée pour ces municipales de mars 2020, la gauche à Toulouse a vu l’arrivée cette semaine d’une liste NPA, incarnée par Pauline Salingue, éducatrice au CHU. Dans son programme, « Toulouse anticapitaliste », elle propose la gratuité pour tous de la cantine et des transports, la réquisition des logements vides et le plafonnement des loyers. Et l’arrêt de « projets inutiles » comme la troisième ligne de métro.
Johanna Decorse

Sur la photo : L’ancien maire Pierre Cohen propose un accord politique à Nadia Pellefigue et Archipel Citoyen pour le second tour. Crédits : Rémy Gabalda - ToulÉco.

PS :

Après avoir échoué « à créer les conditions du rassemblement des forces de gauches et écologistes dès le premier tour », Pierre Cohen et ses colistiers ont proposé mercredi à la socialiste Nadia Pellefigue et à Archipel Citoyen une liste commune au second tour dans le cadre d’un « accord politique, pas technique ». Celui ou celle qui arriverait premier le 15 mars prendrait la tête de liste au second tour, le nombre de places et les rangs des colistiers se décideraient à la proportionnelle des résultats du premier tour.

« Nous proposons dès à présent qu’un représentant de chaque liste monte un groupe de travail pour trouver nos points de convergence et dépasser nos points de divergence afin de parvenir à un programme commun », a expliqué mercredi Isabelle Hardy. Pour Pierre Cohen, c’est le moment ou jamais.

« Il y a trois mois, Moudenc était sur un boulevard et n’était pas inquiété. Une partie de la droite et de ses proches lui en veulent beaucoup et l’extrême-droite peut envisager les 10%. Aux listes de gauche et écologiste de proposer un débat et une vraie alternative car Moudenc c’est du « Macron plus plus » pour le territoire toulousain avec une baisse des services publics et du foncier laissé à l’opportunisme du privé ». Régine Lange, en troisième position sur la liste de Nadia Pellefigue et ancienne adjointe au développement durable de Pierre Cohen, a répondu jeudi qu’une « main avait déjà été tendue à l’ancien maire ». « Cela n’a pas a abouti, finalement on s’éparpille », a-t-elle regretté.

Agenda

  • Tous les vendredis jusqu’au premier tour du scrutin, retrouvez sur touleco.fr la rétrospective politique de la semaine et les faits qui ont marqué la campagne des municipales.

Répondre à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Municipales-a-Toulouse-la-retro-de-la-semaine,28012