À Toulouse, le Républicain Jean-Luc Moudenc garde les clés du Capitole

La vague verte qui a déferlé en France en passant par Bordeaux, Lyon, Strasbourg ou encore Poitiers n’a pas atteint Toulouse. Le maire sortant Jean-Luc Moudenc a conservé son siège au Capitole avec 51,82 % des voix. Déception chez Archipel Citoyen qui pensait faire la bascule à gauche.

Pas de raz-de-marée vert à Toulouse. Les briques rouges qui valent à Toulouse d’être appelée « Ville rose » restent teintées de bleu, à mesure que les résultats des 263 bureaux de vote tombent.
Le maire sortant Jean-Luc Moudenc (Les Républicains soutenu par La République en marche) remporte un deuxième mandat avec 51,9 % des suffrages au second tour des municipales.
Retranché avec son staff dans un bureau place Wilson, le maire est sorti de son silence peu avant 22 heures. Entouré de ses colistiers, il s’est rendu au Capitole. Devant une horde de photographes et de caméras, il a pris la parole dans la cour intérieure pour « remercier les Toulousains, les militants et sympathisants ».

Rayonnant, il a estimé que cette victoire était une « reconnaissance ». « Nous avons proposé un rassemblement avec un programme consistant, pragmatique, en phase avec les attentes des gens. Il y a eu une convergence de l’électorat, analyse à chaud le maire réélu. Les Toulousains se sont reconnus. Toulouse est complexe mais je la sers depuis longtemps et je la connais bien. Nous avons proposé un projet équilibré ».

Jean-Luc Moudenc semble donc indéboulonnable. Maire par intérim dès 2004 il tente de pérenniser l’expérience en 2008. Mais, il échoue. Le contrôleur général de l’économie et des finances, âgé aujourd’hui de 59 ans, est battu par son adversaire socialiste Pierre Cohen d’un écart de 1200 voix. Mais cet habitué de la politique n’avait pas dit son dernier mot : il prend sa revanche en 2014 et gagne le Capitole à l’issue d’un scrutin serré.
Pourtant, six ans plus tard, le maire de Toulouse et président de la métropole, est à son tour sérieusement bousculé. La liste Archipel citoyen emmenée par l’écologiste Antoine Maurice, qui réunit notamment EELV et LFI, a obtenu 27,6 % le 15 mars dernier.

Mais ce dimanche, la participation a joué sur le scrutin et elle a été en faveur du maire sortant. Car si elle reste faible, son taux a atteint 44,77%, soit huit points de plus qu’au premier tour. Au final, 4000 voix séparent les deux candidats toulousains pour une victoire sans appel.

"Notre aventure fera date"

vgc_251405_maurice_touleco_vc.jpg

21h30, du côté d’Archipel, autre ambiance. Les premières estimations donnent la victoire de Jean-Luc Moudenc, avec 51,9% des voix contre 48,1% pour Antoine Maurice. Devant le restaurant le J’Go, dans la rue Méliet privatisée par la liste citoyenne, militants et sympathisants veulent connaître les résultats définitifs avant de laisser éclater leur déception. « Il faut attendre 22h », s’exclame-t-on. Mais très vite, Antoine Maurice les rejoint, contraint d’annoncer que la vague verte qui a déferlé partout en France, à Bordeaux, Lyon, Strasbourg, Poitiers ou encore Besançon n’a pas atteint Toulouse.

« J’adresse à Jean-Luc Moudenc mes félicitations républicaines et je lui présente mes vœux pour la réussite de Toulouse », a déclaré le candidat écologiste avant d’exprimer ses regrets concernant la « campagne de caniveau » menée par son adversaire et son « climat fait de mensonges, de caricatures et d’attaques personnels ».

« L’espoir de voir Toulouse entrer dans la transition écologique ne disparaît pas ce soir. Plus que jamais, nous sommes mobilisés. Notre aventure fera date (...) Ce que nous avons commencé à construire ensemble c’est un nouveau pacte à vocation majoritaire, le seul en mesure de battre les coalitions anti-climat », a ajouté Antoine Maurice. La tête de liste vaincue s’est dit « déçu que Toulouse n’entre pas dans l’histoire dans lequel le pays semble s’engager » mais « fier de la dynamique » créée par Archipel Citoyen.
Johanna Decorse et Audrey Sommazi

Sur les photos : en haut : A son bureau, Jean-Luc Moudenc découvre au téléphone le résultat du scrutin en direct. En bas, Antoine Maurice s’adresse à ses sympathisants devant le restaurant le J’Go, dans la rue Méliet à Toulouse. Crédits : Valentine Chapuis - ToulÉco.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/A-Toulouse-le-Republicain-Jean-Luc-Moudenc-garde-les-cles-du,29124