Protection d’entreprise : « Les vols se déroulent par vague, à l’approche des fêtes »

Dossier : Comment protéger sa boîte en tant de crise ?

Derrière l’incendie, le vol est le deuxième risque que les entreprises doivent affronter. Face à ce fléau, des solutions existent. En voici quelques exemples.

Ciseaux, peignes, flacons de coloration et quelques euros : voilà le butin du cambrioleur qui s’est introduit dans un salon de coiffure à Cahors, début avril. Un restaurateur cadurcien a aussi déploré le vol de ses bouteilles d’alcool, en plein confinement général. Toujours au même moment, mais cette fois-ci en banlieue toulousaine, deux entrepreneurs trentenaires ont décidé de se confiner dans leur hangar professionnel, pour garder un oeil sur leur matériel. Ces cas ne sont pas isolés. Les services de police et de gendarmerie recensent en moyenne chaque année 17.000 cas de cambriolage de locaux commerciaux ou industriels, deuxième cible des malfaiteurs, derrière les résidences principales.

Le vol le plus commun est celui du carburant, suivi des machines, des outils ou des matériaux. Si les principaux territoires concernés sont les Bouches-du-Rhône, le Nord, Paris et la métropole lyonnaise, l’Occitanie n’est pas épargnée. « La région se situe dans la moyenne nationale », assure Olivier Horps, directeur marketing et commercial chez Verisure, leader de la télésurveillance en Europe pour les particuliers. « Les vols se déroulent par vague, à l’approche des fêtes, de toutes les fêtes », précise Jacques Philipot. Cet agent général d’assurance Allianz constate sur son secteur à Revel (Haute-Garonne) et Puylaurens (Tarn) que les hôtels et restaurants se font cambrioler leur réserve de boissons. Il déplore aussi le vol de matériaux, comme le cuivre, stockés à l’extérieur.

La télésurveillance, un secteur prisé et chamboulé

Porté par ces chiffres, le marché de la télésurveillance continue de gagner des points : il est en croissance jusqu’en 2023, + 10 % par an. C’est ce qu’affirme MSI Reports dans son dernier rapport. Selon ce cabinet, le nombre d’installations enregistre entre 2011 et 2015 une hausse comprise entre 9 % à 15 % pour le secteur résidentiel, entre 2 % et 4 % pour la télésurveillance professionnelle. Néanmoins, le taux d’équipement des entreprises varie : il s’élève à 100 % pour les grands centres commerciaux et les organismes bancaires, entre 7 % à 11 % pour les petits commerces. En parallèle, ce secteur en développement aiguise les appétits. La concurrence ne cesse de s’intensifier puisque opèrent dans ce secteur des banques et assurances, ainsi que des acteurs traditionnels régionaux comme de grands groupes.

« La part du gâteau augmente car la demande est de plus en plus forte », analyse Philippe Partinico. Ce dirigeant toulousain de trois entreprises spécialisées dans les alarmes (Hydralarm, Alarme Socomi et Alarme Savi France) se targue d’avoir obtenu la certification Apsad, gage de la qualité de ses services et de l’efficacité de ses systèmes de sécurité. Une valeur ajoutée qui le distingue des structures concurrentes. « Nous sommes des professionnels », insiste ce patron qui emploie une quarantaine de salariés. « Nous travaillons avec du matériel agréé NFA2P. Ce qui signifie que nos systèmes d’alarmes possèdent un très haut niveau de qualité et de fiabilité. Cette certification est recommandée par les compagnies d’assurances. »

Pré-alarme à l’extérieur du bâtiment, alarme traditionnelle avec sirène dissuasive, fumigène, caméras vidéo reliées à un poste de contrôle, vidéosurveillance... « Nos solutions de qualité et sur-mesure sont complètes », affirme Philippe Partinico qui compte entre 600 et 700 clients dans la grande distribution. Les tarifs des offres varient de 20.000 à 40.000 euros.

Des innovations et des assurances pour se protéger Capter une clientèle de TPE avec un prix attractif est le credo de Verisure. Alors que son activité dépend des particuliers (85 % de son chiffre d’affaires), l’entreprise suédoise, qui emploie 2500 personnes en France, s’est invitée sur le marché des petites entreprises avec une offre adaptée. « Nous ciblons les entreprises qui disposent de surfaces maximales de 400 m2 et qui emploient jusqu’à trente personnes », explique Olivier Horps, citant les commerces, les start-up ou encore les professions libérales. Outre les prix, les innovations qui s’appuient sur des technologies sont un autre argument du groupe. Connectée en permanence au centre de télésurveillance intégré, l’alarme se pilote à distance via une application mobile.

Contre le vol, une assurance spécifique peut être souscrite, non obligatoire mais néanmoins incontournable. Le tarif varie selon certains critères. « Selon le type d’activité, et la valeur du stock, on exige un certain niveau de sécurité et la mise en place de moyens de protection : grilles aux fenêtres, renforts au niveau des portes blindées, vidéosurveillance et installation d’un système d’alarme connecté à un centre de télésurveillance et d’interventions Sepsad (partenaire d’Allianz) AIMP », indique Jacques Philipot. Bien sûr, tous les assureurs disposent d’une grille forfaitaire. Aux entreprises donc de les comparer.
A.S.

Sur la photo : Jacques Philippot, agent général d’assurance Allianz implanté en Haute-Garonne et dans le Tarn. Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco.

P.S. :

Retrouvez l’intégralité de ce dossier dans ToulÉco le mag : Comment protéger sa boîte en tant de crise ?

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Protection-d-entreprise-Les-vols-se-deroulent-par-vague-a-l,29283