Toulouse. Snake, le graffiti à la lettre

Il est sans doute l’un des rares graffeurs en France à vivre de son art. Alors que les plus grandes marques continuent de s’acheter ses coups de bombe, le Toulousain Snake progresse dans un travail plus personnel qu’il voudrait exposer prochainement à Paris en préservant la dimension subversive du graffiti.

Ses débuts dans le graffiti remontent à la fin des années 1980, début des années 1990. La deuxième vague des cultures urbaines et du mouvement hip-hop déferle alors sur la France. A l’époque, le mouvement est « frais, spontané et underground ». Snake « accroche », commence à tagguer, s’initie au graff et à la danse et adopte tous les codes, le blouson de basket, la casquette, les Jordan aux pieds. Et choisit (...)

La lecture de cet article est réservée aux abonnés :

Je m'abonne Je me connecte

Source : https://www.touleco.fr/Toulouse-Snake-le-graffiti-a-la-6084