Occitanie. Ethiquable prépare sa nouvelle chocolaterie durable

Ethiquable, Scop gersoise, spécialisée dans le commerce équitable, va lancer la production de sa première chocolaterie à Fleurance en juin prochain. Un bâtiment durable dont la conception a été financée en partie par la Banque des Territoires. Son président Olivier Sichel a visité les lieux.

Avec passion, le sympathique Christian Becker, le responsable production de la future usine, nous raconte les différentes étapes qui mènent à la création d’une tablette. Les ingrédients qui se mélangent lors de l’étape dite de conchage. Le refroidissement dans des réservoirs de stockage appelés tanks. Le moulage et enfin le conditionnement. On n’a hélas pas retenu tous les détails, mais on se souviendra de « la fierté » et « de l’émotion » de cet homme qui travaille « depuis quarante ans dans le chocolat, ce produit plaisir que presque tout le monde aime ».

La naissance de la chocolaterie de Fleurance, c’est sa dernière aventure professionnelle avant de passer la main. Le sexagénaire nous montre les ouvriers qui, derrière la vitre, s’affairent pour installer les différentes machines de la chaîne de production. La chocolaterie de 5500 mètres carrés à de quoi faire saliver les amateurs du délicieux aliment à base de cacao. La capacité de production de l’usine est de 1300 tonnes de chocolat par an, soit 25 millions de tablettes qui seront vendus dans 10.000 points de vente en France. À la minute, 180 tablettes seront produites dans la fabrique gersoise à partir du mois de juin.

Banque des Territoires et Bâtiment Durable

Pour la coopérative Ethiquable, née il y a 18 ans, c’est un accomplissement d’avoir désormais sa propre usine de fabrication. Créée par Remi Roux, Stéphane Comar et Christophe Eberhart, la Scop se bat depuis bientôt deux décennies pour « une juste rémunération des producteurs de cacao ». Aujourd’hui, elle fait travailler un réseau de 6.800 cacaoculteurs, principalement en Amérique du Sud et en Afrique. Au fil des années, la société s’est diversifiée, elle propose aussi thés, cafés, jus de fruits, huiles essentielles, etc. Tous issus de productions bio, sans engrais chimiques et pesticides par exemple.

Auparavant, la fabrication de ces tablettes était sous-traitée. À partir de ce printemps, ce ne sera plus le cas. L’usine nouvelle de Fleurance est soutenue par la Banque des Territoires. Une société commune Ethimmo à vu le jour pour qu’elle sorte de terre. Celle-ci est financée à 43% par l’établissement bancaire, qui a investi 1,5 million d’euros dans la construction du bâtiment. Les travaux ont coûté au total 15 millions d’euros (10 millions d’euros pour la construction du bâtiment et 5 millions pour la création de la ligne de production).

Venue visiter les lieux en avant-première avec plusieurs élus, le président de la Banque des Territoire, Olivier Sichel trouve le projet « particulièrement porteur de sens dans le cadre de la relance ». L’usine va en effet générer de l’emploi. Trente postes salariés devraient être créés à terme pour faire fonctionner la chocolaterie. La coopérative fait déjà travailler 150 personnes.

Cloisons et enduits en terre crue, isolant en laine de bois, chauffage par une chaudière bois. Le bâtiment a été conçu pour être durable et avoir la plus faible empreinte carbone possible. Sur le toit, une centrale photovoltaïque avec 760 panneaux solaires. Ils couvriront 25% de la consommation électrique du site. Les 75% restants proviendront du fournisseur d’électricité verte Enercoop. Un cabinet spécialisé, nommé Addenda, a veillé à ce que l’aspect environnemental soit pris en compte à chaque étape de la conception.

À l’issue de la visite, la jeune Ophélia Leichtman, chargée de recherche et développement Cacao, sort de sa réserve pour présenter et faire goûter à l’assemblée les différents chocolats qui seront bientôt produits à Fleurance. La jeune femme conte avec de plus en plus de conviction et de joie la composition et la provenance de différentes tablettes. Un chocolat noir 70%, dont le cacao provient du Pérou, a tout particulièrement fait son effet avec ses subtiles notes de fruits rouges.
Matthias Hardoy

Sur la photo de Une : Remi Roux, Stéphane Comar et Christophe Eberhart, les trois dirigeants de la Scop Ethiquable.

Au milieu : Olivier Sichel, président de la Banque des Territoires, au centre, au côté de Remi Roux, Stéphane Comar et Christophe Eberhart, les fondateurs d’Ethiquable. L’établissement bancaire a investi 1,5 million d’euros dans la construction du bâtiment durable.

En bas : Christophe Eberhart fait visiter la chocolaterie Ethiquable de Fleurance à Olivier Sichel, le président de la Banque des Territoires et plusieurs institutionnels et élus. Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Une-chocolaterie-durable-pour-Ethiquable,31018