À Toulouse, Neopouss cultive des super-aliments pour les astronautes

La start-up toulousaine, qui cultive depuis sa salle de production une vingtaine de variétés de micro-pousses, fait partie de la seconde promotion de l’incubateur lunaire TechTheMoon.

Rien ne laisse présager ce qui se passe dans une cave place Arnaud-Bernard, à Toulouse. À l’abri des regards, Nicolas Auriac, 45 ans, et Quentin Jeandel, 44 ans, les deux fondateurs de Neopouss, et amis depuis de nombreuses années, ont aménagé une véritable ferme urbaine indoor, comprendre à l’intérieur d’un bâtiment et non dans un champ. Dans la salle de production, des graines de sorgho, maïs, tournesol, anis, coriandre, œillet d’Inde ont été plantées dans des petits pots en plastique végétal compostable.

Irriguée par capillarité, cette vingtaine de variétés a germé en quelques jours, sans intrants, pour donner des micro-pousses reconnues comme étant des aliments à haute concentration nutritive. Et c’est ce qui a tapé dans l’œil de TechTheMoon. Puisque la start-up vient d’intégrer la seconde promotion de cet incubateur lunaire.

Pistes de développement


Pour les missions, c’est la possibilité d’avoir une alimentation naturelle de qualité, forte en saveurs et riche en nutriments, avec une durée de conservation très étendue. Mais ces micro-pousses fraîches ne sont pas transportables dans l’espace. La force de Neopouss est d’avoir mis au point une technique : la déshydratation. « Par ce biais, nous transformons et concentrons ces nutriments naturels pour garder un maximum de propriétés de la plante », explique Quentin Jeandel, ancien ingénieur aéronautique. Avec quelques grammes de poudres consommées quotidiennement, les besoins du corps en minéraux et vitamines sont couverts, promettent les deux fondateurs. « Avec l’incubateur, on va aller encore plus vite. Nous allons optimiser les bons process, travailler en réseau, gagner en visibilité », se félicite Nicolas Auriac.

toulecof1564.jpg

Si l’application spatiale est un objectif, il n’est pas le seul. Car les usages des micro-pousses sont multiples. La start-up vise les secteurs de la santé, du sport, du bien-être et de la gastronomie. « Je fais pousser des micro-pousses depuis cinq ans », raconte Nicolas Auriac. « Et j’ai vu tout leur potentiel. » Déjà, Neopouss alimente avec ses micro-pousses fraîches plusieurs restaurants toulousains : les Sales Gosses et Au Poêle de la bête. La start-up est aussi distribuée par PomonaTerre Azur, le grossiste alimentaire toulousain.
Audrey Sommazi

Sur la photo : Nicolas Auriac, 45 ans, et Quentin Jeandel, 44 ans, les deux fondateurs de Neopouss- Crédit : Rémy Gabalda-ToulÉco.

P.S. :

Tous les lundis, retrouvez l’actualité de l’aéronautique régionale sur touleco.fr.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/A-Toulouse-Neopouss-cultive-des-super-aliments-pour-les,35869