À Toulouse, le chantier du téléphérique Téléo se poursuit en haute altitude

Téléo est l’un des grands chantiers en cours dans l’agglomération toulousaine. Si son calendrier a été inévitablement contrarié par la crise sanitaire, sa mise en service est attendue pour l’été 2021 et une étape clé vient d’être franchie avec le déroulage des câbles.

Téléo, le futur téléphérique urbain de Toulouse, viendra bientôt compléter l’offre de transports en commun de l’agglomération. Inscrit dans le cadre du projet Mobilités de Tisséo, Téléo reliera, en trois kilomètres et dix minutes, l’université Paul-Sabatier à l’Oncopole en passant par l’hôpital Rangueil. « C’est un maillon central de la ceinture sud qui reliera bientôt la ville de Colomiers au quartier Montaudran avec, de part et d’autres du téléphérique, des voies de bus en site propre », détaille Jean-Michel Lattes, président de Tisséo Ingénierie. Le maître d‘ouvrage y consacre un budget de 82,4 millions d’euros, auquel s’ajoute un contrat de maintenance de 40 millions d’euros qui engage le constructeur Poma pendant 20 ans.

Selon les prévisions de Tisséo Ingénierie, ce téléphérique urbain pourrait transporter 8000 passagers par jour. Il bénéficie de la technologie 3S, conçue par Poma et constituée de trois câbles (deux porteurs fixes qui jouent le rôle de rails et un tracteur qui assure le mouvement des cabines) ; il ne compte ainsi qu’un nombre limité de pylones (cinq sur l’ensemble du parcours) et offre une résistance au vent jusqu’à 108 km/h.

Les premiers câbles hélitreuillés

Le 12 novembre dernier, une phase délicate du chantier a débuté avec l’hélitreuillage des câbles provisoires qui permettront ensuite de dérouler, à l’aide de treuils, les six câbles définitifs. « Seul un super Puma, capable de supporter deux tonnes de charge embarquée, pouvait réaliser cette opération rendue compliquée par la topographie du parcours sur le versant de l’Oncopole », décrit Rémi Torrès, conducteur de travaux chez Poma. La portée est de plus d’un kilomètre entre le pylône de l’Oncopole et celui de l’observatoire de Pech-David ; et l’hélitreuillage nécessitait de déposer une drisse à 70 mètres de hauteur sur la tête du pylone en survolant la Garonne, zone classée réserve naturelle », rappelle-t-il. Sur l’autre versant du parcours, moins accidenté mais plus urbanisé, entre Rangueil et l’université, l’opération se déroulera par drone.

Les trois stations, en cours d’achèvement, devraient être livrées d’ici la fin de l’année, tandis que la phase de déroulage des câbles doit durer jusqu’en février, avant l’installation des cabines. Après les tests et la marche à blanc, la mise en service du téléphérique urbain est attendue pour l’été 2021.
Béatrice Girard

Sur la photo : La phase technique de déroulage des câbles de Téléo se poursuit jusqu’en février 2021. La mise en service est prévue l’été prochain. Crédit : Rémy Gabalda - ToulÉco.

P.S. :

Tous les jeudis, retrouvez l’actualité de l’immobilier en Occitanie sur touleco.fr.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/A-Toulouse-le-chantier-du-telepherique-Teleo-se-poursuit-en,29948