Après la crise, la Ville rose se veut attractive

L’agence d’attractivité de Toulouse Métropole a présenté le cap qu’allait suivre l’agglomération pour booster son attractivité en 2021. Cette année, ce sont les secteurs de l’innovation et du tourisme qui sont mis en avant.

Dans l’écosystème entrepreneurial toulousain, il n’y a pas que l’aéronautique. C’est en quelque sorte le message qu’a voulu faire passer l’agence d’attractivité de Toulouse Métropole, lors de la présentation de sa stratégie. La métropole veut en effet encourager les entreprises à investir que le territoire avec le programme "Invest in Toulouse" qui, selon l’agence d’attractivité, a permis de créer près de 500 emplois sur les quatre premiers mois de 2021 en accompagnants des entreprises.

Aux côtés des deux élus métropolitains Jean-Claude Dardelet et Dominique Faure, on retrouvait donc le président d’Evotec France, Craig Johnstone. Depuis son arrivée à Toulouse, en 2015, le groupe allemand a embauché près de 600 personnes. Son directeur général en a profité pour confirmer la création d’un deuxième pôle de recherche à Toulouse, opérationnel en 2023. Et Craig Johnstone de se féliciter de cette installation fructueuse : « Nous avons pu rassembler des soutiens financiers à toutes les échelles allant de la villes à l’État. »

Deux autres secteurs étaient également à l’honneur, le transport alimenté par l’hydrogène et l’intelligence artificielle, avec notamment la présence de H3 Dynamics, qui développe des solutions de mobilité aérienne hydrogène et compte embaucher 25 personnes sur les trois prochaines années à Toulouse. De son côté, Sêmeia développe des applications basées sur l’intelligence artificielle pour faciliter le télésuivi des patients. Celle-ci a choisi Toulouse pour y implanter son pôle recherche et développement.

Toulouse se pare de labels pour accueillir les touristes

Mais l’un des axes majeurs développés par l’agence d’attractivité est bien le tourisme. Toulouse a pour ambition de ne plus être juste une ville de passage mais bien une destination à part entière. Pour cela, la Ville rose a fait en sorte d’atteindre la catégorie 1 du label qualité tourisme qui permet de déterminer la valeur d’une destination touristique. Ainsi, avec ce label, Toulouse Métropole souhaite se donner une image plus attractive pour ses prochains visiteurs. Concernant le tourisme d’affaires, Toulouse a mis en place la charte Toulouse Safe, qui garantit la qualité des séjours. Pour s’adapter aux demandes actuelles d’améliorations sur les plans sociaux et écologiques des villes, Toulouse est devenue la quatrième ville française à se présenter au GDS-index. Celui-ci étant un indicateur des performances écologiques, sociales et touristiques des villes.

La ville va aussi développer ses activités touristiques. Avec, par exemple, de nouveaux loisirs nautiques, Jean-Claude Dardelet, vice-président de Toulouse Métropole en charge de l’attractivité, précise : « Nous avons un accord avec une société de mini-bateaux électriques qui navigueront sur la Garonne. » Les festivals sont aussi mis en avant, comme le festival des lanternes, qui se déroulera à Blagnac en 2021. Pour permettre aux touristes de profiter de ces activités, la ville met en place le Pass Tourisme qui donne accès à des prix réduits. C’est en misant sur l’entreprise et le tourisme que Toulouse compte rayonner à la fois à l’échelle nationale et internationale dans les prochaines années.
Corentin Bell

Sur la photo : Dominique Faure, vice-présidente de Toulouse Métropole en charge du Développement économique, Jean-Claude Dardelet, vice-président de Toulouse Métropole en charge de l’attractivité et Craig Johnstone, président d’Evotec France. Crédit : Agence d’attractivité de Toulouse Métropole.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Apres-la-crise-la-ville-rose-se-veut-attractive,31330