BTP. « Aux futurs maires de Toulouse et Montpellier : n’arrêtez pas les grands chantiers en cours ! »

Frédéric Carré, le nouveau président de la fédération française du bâtiment Occitanie donne des nouvelles du secteur. De Toulouse à Montpellier, les entreprises craignent des baisses de chiffres d’affaires de 25 % et appellent à poursuivre les grands chantiers. Interview.

Frédéric Carré, vous venez d’être élu président de la FFB Occitanie pour trois ans, dans quel état trouvez-vous les entreprises du secteur après la crise sanitaire ?
De manière générale, la trésorerie était déjà tendue dans les petites comme dans les grandes entreprises du bâtiment avant le Covid-19. Je rappelle que dans notre secteur, les marges n’excèdent pas 1 à 2 %, donc nombreuses étaient celles qui puisaient déjà dans leur trésorerie avant la crise. Aujourd’hui, c’est une forte inquiétude qui prédomine parmi les 70.000 entreprises de la région qui rassemblent 150.000 actifs dont 39.000 artisans. La question n’est plus la reprise car aujourd’hui la majorité des chantiers ont redémarré, mais la relance économique à venir au dernier trimestre. Pour l’instant, le bâtiment est le grand absent du plan gouvernemental, donc il faut que les élus redonnent confiance.

À combien estimez-vous les répercussions économiques de la crise dans le bâtiment en 2020 en Occitanie ?
Après trois mois d’arrêt d’activité quasi total puis une reprise en mode dégradé, les chantiers vont aujourd’hui 30 % moins vite et les entreprises plafonnent entre 60 et 75 % de leur productivité habituelle. Ceci est lié au phasage des chantiers plus qu’aux mesures barrières. Dans ce contexte, l’année 2020 sera déficitaire, nous tablons sur une baisse du chiffre d’affaires de 25 % dans le bâtiment qui a généré 15,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019. Je rappelle d’ailleurs que la construction est le troisième secteur de la région en terme d’emplois après les commerces et services et l’industrie.

Qu’attendez-vous des élus sur le sujet ?
Au niveau local nous disons aux futurs maires des deux métropoles, n’arrêtez pas les grands chantiers structurants en cours ! À Toulouse, par exemple il est indispensable que la troisième ligne commence bien en 2021 comme prévu. Modifier un tel projet même à la marge serait problématique pour nous. De même il ne faut pas remettre en question des grands projets d’aménagements en cours comme le CEAT à Jolimont et Grand Matabiau qui prévoient des milliers de m2 de logements et bureaux. À Montpellier l’aménagement de la Zac Cambaceres doit se poursuivre et celle de la Restanque, au sud de la ville qui prévoit 7500 logements doit absolument être lancée cette année comme prévu.

Etes-vous optimiste ?
Nous voulons rester optimistes. S’il y a de vrais plans de relance ambitieux, on fera tout pour éviter la casse sociale. J’ai d’ailleurs déjà rencontré la président de région Occitanie Carole Delga et je travaille main dans la main avec la collectivité sur un plan de relance régional d’envergure pour la filière. Ce sera un peu comme le second volet du « plan Marshall » lancé en 2016 par la Région. Il sera présenté à la rentrée. À travers ce plan nous réfléchissons notamment à mettre en place un volet formation sur des métiers en tension, avec pourquoi pas, des passerelles de reconversion pour des salariés qui pourraient être licenciés du secteur aéronautique.
Propos recueillis par Béatrice Girard

Sur la photo : Le président de la FFB Occitanie travaille avec Carole Delga à l’élaboration d’un « plan Marshall 2 » pour relancer le secteur du bâtiment suite à la crise sanitaire. Crédits : L.Mathie - DR.

P.S. :

Tous les jeudis, retrouvez l’actualité de l’immobilier en Occitanie sur touleco.fr.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Batiment-un-plan-de-relance-regional-des-l-automne,29095