Crise énergétique. Les Fonderies Dechaumont tirent la sonnette d’alarme

Installée à Muret et dans le giron de la même famille depuis 1860, l’entreprise voit s’envoler sa facture d’électricité. Son dirigeant multiplie les alertes auprès des décideurs politiques locaux et de l’État pour réclamer une régulation des prix.

Jean-Baptiste Dechaumont, directeur général des Fonderies Dechaumont, est inquiet. L’entreprise familiale qu’il gère depuis Muret a vu sa facture énergétique flamber : elle est passée de 750.000 euros en 2019 à 1,5 million d’euros cette année. Particulièrement énergivore, la fonderie consomme onze gigawatts [GW] d’électricité pour faire fonctionner ses deux fours géants. Environ « 70 % de l’électricité sont consacrés au processus de fusion. Le reste est réparti entre le fonctionnement des autres machines, les quarante postes informatiques ou encore la climatisation », précise Jean-Baptiste Dechaumont, qui gère cette fonderie de fonte que sa famille a créé en 1860, spécialisée dans la fabrication de pièces pour la voirie et le mobilier urbain pour la ville de Toulouse notamment. « Je consomme l’équivalent d’une ville de 5000 habitants », aime-t-il dire.

Et la situation devrait s’aggraver. Le dirigeant s’attend à recevoir une facture de 8 millions d’euros en 2023. Atterré, Jean-Baptiste Dechaumont ne veut pas céder « à cette arnaque ». Le contrat qui lie l’entreprise au fournisseur EDF s’achève le 31 octobre. « Si j’avais su, j’aurais signé pour plusieurs années », regrette-t-il. « En 2016, le prix moyen du mégawattheure (MWh) était de 38 euros, 70 euros en 2021. Avec les cours actuels, je devrais payer 600 euros. C’est du vol et je ne vais pas signer », tonne-t-il.

Régulation des prix de l’énergie

Jean-Baptiste Dechaumont n’a pas d’autre choix que de faire jouer la concurrence mais se refuse à se séparer de ses salariés et des intérimaires. « C’est inimaginable. Car j’ai besoin que mon usine tourne. Sinon, c’est la fin de l’aventure », prévient-il.

Il multiplie par ailleurs les alertes face aux risques encourus si les prix de l’énergie n’étaient pas régulés. Fin juillet, Christophe Bex, le député de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) de sa circonscription, et Carole Delga, présidente socialiste de la Région Occitanie, ont été informés. Bercy aussi. Jeudi 15 septembre, il s’est « greffé » à un rendez-vous entre la fédération Forge fonderie et le ministère de l’Économie pour marteler son message.
Audrey Sommazi

Sur les photos : Les salariés de la fonderie Dechaumont en plein travail. Crédit : Rémy Gabalda-ToulÉco.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Crise-energetique-Les-Fonderies-Dechaumont-tirent-la-sonnette-d,35397