Diana Mathis, Ytes : « Les entreprises sont perdues dans la complexité des financements européens »

Au moment où se dessine la politique en matière de fonds européens à destination des entreprises pour la période 2021-2027, Diana Mathis, directrice d’audit au cabinet de conseil Ytes, spécialiste de la question, nous éclaire sur ces sources de financement parfois négligées par les entrepreneurs.

Diana Mathis, pouvez-vous nous présenter Ytes ?
C’est un cabinet de conseil créé à Lille en 2005. Nous intervenons dans les grandes villes (Marseille, Strasbourg, Lille, Nantes, Toulouse, etc.) mais aussi dans les Dom (Réunion, Mayotte, Martinique, Guadeloupe et Guyane). Il y a six ans, nous avons intégré le groupe DL Développement. Celui-ci a un portefeuille de 3800 clients, essentiellement des entreprises auxquelles il offre ses services d’audit et de conseil (social, fiscal, retraite, question énergétique, etc.). Chez Ytes, nous sommes spécialisés dans la recherche de financements nationaux et internationaux.

En quoi la question des financements européens est importante actuellement ?
Nous sommes entrés dans une nouvelle période de programmation des fonds européens (2021-2027). Une partie de ces financements est en gestion partagée avec les États membres de l’Union européenne. C’est le cas notamment des Fonds européen de développement régional (Feder), dont l’objectif est de réduire les disparités sociales et économiques entre les différentes régions. La France a décidé que ce sont les conseils régionaux qui sont les autorités de gestions des fonds Feder. Le budget européen a été voté. Il faut désormais valider les grandes orientations de chaque région, qui ont eu jusqu’à fin mars pour transmettre leur programme opérationnel. La Commission européenne doit les valider d’ici à la rentrée de septembre.

Quelle est la spécificité de cette programmation européenne 2021-2027 ?
Il y a un changement dans la concentration thématique de ces fonds. 30 % des fonds Feder et du fonds social européen (FSE) alloués à la France doivent être orientés vers la transition écologique, en lien avec les objectifs du Green Deal européen. La Commission européenne a imposé plusieurs autres grands thèmes comme l’“Europe plus intelligente” (soutien aux projets de recherche et développement entre entreprises et laboratoires privés ou publics) ou l’“Europe plus connectée” ( infrastructures, réseaux de transports notamment pour mieux relier les territoires).

Comment se positionne l’Occitanie face à la recherche de fonds européens ?
La Région Occitanie a choisi plusieurs domaines de spécialisation (matériaux intelligents, transition énergétique, big data, intelligence artificielle, cybersécurité) qui vont couvrir plusieurs secteurs d’activités (alimentation, gestion de l’eau, économie du littoral, mobilité intelligente, santé-bien être et bien vieillir). Elle va lancer plusieurs appels à projets sur ces sujets.

Quel est le rôle de votre cabinet de conseil vis-à-vis des entreprises ?
Tout d’abord, nous pouvons les informer. La plupart des entreprises connaissent mal les fonds européens. Elles sont perdues dans la diversité et dans la complexité de ces financements. Il n’y a pas aujourd’hui un seul endroit où cliquer pour avoir accès à tous ces fonds. Elles n’ont pas assez de temps pour trouver et analyser tous les dispositifs existants. Une fois le fonds adéquat repéré, nous pouvons accompagner l’élaboration et la rédaction du dossier de candidature. Nous pouvons aussi suivre les étapes suivantes (instruction, demandes complémentaires, mise en œuvre, etc.).

Mais ce n’est pas le rôle de la Région ?
Les Régions ont un rôle d’information sur ces fonds, mais elles ne peuvent soutenir toutes les structures. Nous travaillons en bonne intelligence avec la Région Occitanie. Notre mission est d’accompagner au mieux les entreprises pour qu’elles déposent des dossiers les plus complets possibles afin qu’ils soient facilement acceptés.
Propos recueillis par Matthias Hardoy

Sur la photo : Diana Mathis, directrice audit au cabinet de conseil Ytes, présent notamment à Toulouse. Crédit : Ytes.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Diana-Mathis-Ytes-Les-entreprises-sont-perdues-dans-la,34468