Régionales. Le Medef Occitanie dévoile ses propositions aux candidats

Sophie Garcia, présidente du Medef Occitanie, a révélé les propositions du syndicat patronal pour les candidats à l’élection régionale d’Occitanie. Qu’il s’agisse d’infrastructures ou de questions environnementales, l’organisation cherche à faciliter la vie des entreprises.

Alors que les élections régionales approchent, le Medef Occitanie souhaite partager ses idées sur les futures politiques à mener. L’une de ses principales propositions concerne justement la place du syndicat patronal dans les décisions politiques. En effet, si Sophie Garcia s’est réjouit du travail d’équipe entre le Medef et la Région dans la gestion de crise, elle s’inquiète de l’avenir de cette relation : « Notre principale crainte c’est qu’après la crise, il ne soit plus possible de travailler avec autant de coordination », s’inquiète la présidente du Medef Occitanie. Pour peser dans les décisions régionales, elle propose donc de mettre en place des rendez-vous périodiques de consultation, de coordination et de suivi des politiques régionales.

Le syndicat patronal, qui représente 2500 entreprises du territoire, a aussi mis l’accent sur la question de la sphère entrepreneuriale dans les milieux ruraux, pointant notamment les difficultés rencontrées par certains pour rejoindre leur travail dans les métropoles. Sophie Garcia souligne ainsi : « Des départements comme le Gers ont besoin d’améliorations sur les infrastructures routières, ferroviaires et surtout numériques. » Elle rappelle que, dans certains lieux, les habitants ont une connexion inférieure à la 3G, ce qui pose un véritable problème par rapport au télétravail de plus en plus plébiscité par les entreprises. Pour répondre à cette problématique, elle demande la mise en place de tiers-lieux entre l’habitation du salarié et son travail pour lui permettre d’avoir de bonnes conditions de travail à proximité de chez lui.

La politique écologique, l’autre sujet de préoccupation

L’organisation syndicale demande aussi à revoir le principe de « zéro artificialisation nette » mis en place par le gouvernement en 2018. Cette démarche a pour but de lutter contre la disparition des terres naturelles. Selon la Banque des Territoires, l’équivalent de la superficie du Luxembourg pourrait disparaître à l’horizon 2030 si rien n’est fait. En pratique, cet objectif « zéro artificialisation nette » limite la construction de bâtiments sur des terrains naturels. Pour Sophie Garcia, « c’est absurde dans des départements comme le Gers, où il y a beaucoup de place pour créer des bâtiments ». Selon la présidente du Medef Occitanie, la généralisation de ce principe limite le potentiel de développement entrepreneurial dans les zones rurales. Le Medef Occitanie propose plutôt une gestion du foncier raisonnée à l’échelle locale.

L’un des derniers sujets abordés par le Medef Occitanie est la transition écologique. La création d’un Pass Green est notamment proposée. « Celui-ci aurait pour rôle d’aider les entreprises à investir dans des véhicules et matériels propres en leur offrant une subvention de 50% sur leur investissement », détaille encore Sophie Garcia. Une idée inspirée par la mise en place à Toulouse d’une ZFE, Zone à faible émission, ce printemps, qui interdit la circulation aux véhicules les plus polluants.
Corentin Bell

Sur la photo : Sophie Garcia, présidente du Medef Occitanie. Crédit : Hélène Ressayres - ToulÉco.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Elections-regionales-Le-Medef-Occitanie-devoile-ses-priorites,31351