Occitanie. Malgré les aides régionales, le dur chantier de la reprise

Près de 60% de l’emploi salarié restent aujourd’hui au chômage partiel à cause de la crise sanitaire liée au Covid-19. La Région Occitanie poursuit son dispositif d’aides aux entreprises, en partenariat avec les chambres consulaires. Mais l’aéronautique, le commerce et l’artisanat sont durement touchés.

Pour l’économie régionale, l’horizon reste sombre. « Nous jouons un rôle de pack. Nous sommes dans une crise qui va durer longtemps, ce n’est pas un sprint mais un marathon, voire un ultra-marathon », assure Alain Di Crescenzo, président de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) d’Occitanie. Ce jeudi 14 mai, en visioconférence, les élus du Conseil régional, de la CCI et de la Chambre régionale des métiers et de l’artisanat d’Occitanie n’ont pas caché leur inquiétude face au climat des affaires qui se dégrade. Ils ont tout d’abord dressé un premier bilan de la situation économique et des aides apportées aux entreprises. Depuis la mise en place des dispositifs de soutien aux entreprises en effet, le Conseil régional a aidé près de 3000 entreprises à hauteur de 1500 euros chacune en mars.

Afin de limiter l’impact économique et social de cette crise sanitaire sans précédent, la Région a déployé un ensemble de dispositifs pour soutenir les entreprises, les soignants, les salariés, les associations, les agriculteurs ou encore les étudiants et stagiaires de la formation professionnelle. Doté de 250 millions d’euros, et générant un effet levier de 450 millions d’euros, ce plan d’urgence sanitaire, économique et solidaire prévoit vingt-deux mesures visant à protéger les plus fragilisés et à préparer la reprise économique.

L’impact est important, puisque près de 60% de l’emploi salarié sont actuellement en chômage partiel. Le département le plus touché est la Haute-Garonne, suivie de l’Hérault. Le Gers et la Lozère sont un peu moins fragilisés avec environ 30%. Les secteurs qui souffrent le plus de la crise sont l’aéronautique, le commerce, l’artisanat et le tourisme. À l’heure du déconfinement, les trois institutions qui travaillent en partenariat restent au chevet des entreprises. « Il va falloir accompagner la relance et anticiper les défaillances d’entreprises », souligne Alain Di Crescenzo. « Nous travaillons pour prolonger les mesures mises en place depuis le 17 mars et sur celles de la relance. La consommation semble repartir un peu mais pour les entreprises encore en télétravail, c’est compliqué ».

Aéronautique et bâtiment en difficulté

Ainsi, pour les artisans du bâtiment, l’envie de reprendre les chantiers est bien là, mais l’application des nouvelles barrières sanitaires complique le retour à la normale. « Pour les entreprises de 100 à 200 salariés, il y a un coût important pour cette reprise, puisque le budget des protections avoisine les 100 euros par salarié, contre 20 à 35 euros de coût pour une entreprise de cinq à six salariés », explique Serge Crabié, président de la Chambre régionale des métiers et de l’artisanat d’Occitanie. « Notre rôle est d’accompagner ces chefs et cheffes d’entreprise pour faciliter ce saut vers la reprise ».

Après les rumeurs insistantes d’un possible plan social chez Airbus, la situation de l’aéronautique inquiète aussi au plus haut point. Pour Alain Di Crescenzo, qui craint entre 20.000 et 40.000 suppressions de postes, « il faut un soutien financier avec abandon des charges, injection immédiate et massive de capitaux, développement d’un programme massif de recherche et développement plus d’innovation, notamment pour l’avion vert ». La présidente de la Région Carole Delga pousse en effet à tirer les leçons de cette crise. Elle veut « des avions plus verts, plus légers avec une part toujours plus importante de biocarburants durables, électriques certainement demain, hybrides peut-être après-demain, et même à propulsion hydrogène. Des avions moins consommateurs d’énergie, moins émetteurs de CO2 », a-t-elle rappelé. Un vœux pieux, alors qu’Airbus vient d’étendre son dispositif de chômage partiel.
Julie Rimbert

Sur la photo : le secteur du BTP fait partie des plus durement touchés par la crise. Crédits : Rémy Gabalda - ToulÉco.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/En-Occitanie-malgre-les-aides-regionales-le-dur-chantier-de-la,28831