France Bleu Hérault. « Recolt au boulot » livre des produits locaux au bureau à Montpellier

« Recolt au boulot » est une start-up montpelliéraine qui propose de livrer des produits locaux directement en entreprise à Montpellier. Une chronique en partenariat avec France Bleu Hérault.

Recolt au boulot livre miel, fromage ou encore légumes de producteurs locaux en entreprise à Montpellier. Cette start-up, qui a démarré son activité en juin 2022, permet donc à des salariés de passer commande et de récupérer son panier directement sur son lieu de travail. Entretien avec Emmanuelle Rüd, la co-fondatrice.

Comment se faire livrer des produits locaux si on travaille à Montpellier avec Récolt au boulot ?
L’entreprise nous contacte et souscrit un abonnement mensuel qui comprend la livraison. Avec cet abonnement mensuel, tous les collaborateurs ont accès à des ventes privées de tous les producteurs locaux sélectionnés par nos soins. Ils sont 100 % en agroécologie et surtout sont bons pour les papilles et la planète.

Chaque semaine, on ouvre une récolte. Les collaborateurs choisissent leur panier sans minimum d’achats et surtout sans obligation de commandes, puis accèdent à des prix producteurs. Ce sont des prix fixés par les producteurs et nous, on ne prend aucune marge sur ces prix là. Et ensuite, le lundi ou le mardi, ils sont livrés directement au boulot.

Vous l’avez dit, il y a un abonnement mensuel à payer par l’entreprise. Il est de 250 euros par mois. Ça reste un coût, mais c’est le prix à payer pour que vous vous occupiez de tout ?
On s’occupe de tout, de la sélection à la livraison en passant par la communication. On ne fait pas que les sélections et les livraisons des produits du meilleur du terroir. On s’occupe aussi d’engager les discussions sur l’alimentation durable au sein de l’entreprise.

Et ça crée aussi un vecteur de lien social au sein de l’entreprise. On partage des articles sur l’alimentation durable, les histoires de nos producteurs, des idées recettes. On anime un peu l’entreprise avec des jeux concours, on fait gagner des produits. Il y a vraiment une relation très humaine qui se crée entre nous et les collaborateurs de l’entreprise.

De quel type de produit parle-t-on et d’où viennent ils ?
C’est 100 % local. Ce qu’on fait, c’est qu’on sélectionne les producteurs autour de Montpellier. Que ce soit du fromage de chèvre, du miel, du maraîchage, du caviar, voilà tout ce qui est vraiment local.

Ensuite, on a un partenariat avec un supermarché ultra local qui nous permet d’agrandir un peu notre cercle et d’aller à 150 kilomètres. Pareil, avec une charte vraiment très stricte, locale. Même sur les produits transformés, on est à 80 % local sur les ingrédients. Ce qui nous permet d’aller chercher des produits comme de la viande ou du fromage qui sont un tout petit peu plus loin que l’Hérault, qui sont en Lozère, dans le Larzac etc.

Et à chaque proposition de catalogue, les salariés font leur marché ? Ce n’est pas un panier imposé, ils regardent et puis ils font leur sélection de produits ?
Exactement. C’est comme un marché, mais sur Internet donc, ils font le tour des stands de nos producteurs. Et puis ils commandent et ensuite la commande nous est transmise et nous on transmet aux producteurs.

Et aussi ce qu’on fait, c’est que le catalogue change toutes les deux semaines. On veut vraiment montrer la diversité du terroir et du merroir montpelliérain pour montrer un peu tous ces passionnés et la façon dont on peut manger finalement ultra local, sans, sans effort.

Pourquoi avez-vous fait le choix de livrer directement sur le lieu de travail des Montpelliérains ?
Pour essayer de répondre à une problématique liée au temps. Cela demande du temps de trouver les bonnes adresses parce que qui dit local ne dit pas forcément bon. Nous, on fait ce travail de sélection et on livre pour essayer de faire gagner du temps et pour vraiment mettre la main à la pâte sur une autre alimentation, une autre façon de faire ses courses, plus raisonnées aussi.

L’idée, c’est de mutualiser tous nos trajets pour réduire nos émissions de carbone. On souhaite s’adresser à un groupement d’achat et d’entreprises. Un entreprise représente ce groupement d’achat. C’est un trajet pour 40 collaborateurs. Et on veut livrer quatre entreprises par jour. Donc on s’adresse à des entreprises entre 20 et 40 salariés. L’idée, c’est de maximiser tous nos trajets, de rentabiliser toutes les camionnettes.
Propos recueillis par Morgane Guiomard
Crédit photo : DR.

Ecoutez l’interview audio de Emmanuelle Rüd sur France Bleu Hérault

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/France-Bleu-Herault-Recolt-au-boulot-livre-des-produits-locaux,35443