L’Aubrac perché sur un plateau

À plus de 1 000 mètres d’altitude, ce massif qui s’étire sur la pointe septentrionale de l’Aveyron et déborde dans le Cantal et en Lozère, fait figure de refuge, loin de la foule.

L’Aubrac est le berceau de la famille Bras, son ciment. Sébastien, né à Laguiole, en connaît les chemins comme personne. Il les parcourt sans relâche, en courant ou à deux roues, seul ou le plus souvent avec les jeunes cuisiniers de la saison. Le chef du restaurant Le Suquet aime faire goûter cette nature qui l’inspire tant. « Ce territoire nous a tout donné », rappelle celui qui opère aux fourneaux. « Cette partie septentrionale de l’Aveyron avait pourtant été déclarée, dans les années soixante, en voie de désertification, comme le Tibet », se souvient son père Michel, auréolé de trois étoiles au Michelin avant de les rendre en 2018.

Virginie Salazard, elle, est une étrangère. Mais, cette ancienne mannequin née dans le Vercors ne tarit pas d’éloges lorsqu’elle décrit ce haut plateau de moyenne montagne, à cheval sur trois départements, l’Aveyron, la Lozère et le Cantal. « J’ai découvert cette région hallucinante par hasard », se remémore la gérante de la maison d’hôtes l’Annexe d’Aubrac ouverte il y a quelques années. Dans une bâtisse centenaire, elle loue cinq chambres à la décoration détonante dans lesquelles animaux empaillés, tableaux, tapis, peau de bête et arbustes se côtoient.

« J’ai eu un coup de cœur pour l’Aubrac qui a un potentiel de dingue. Cette région magnifique et lunaire a su conserver son côté sauvage », ajoute Virginie Salazard.

Des allures de steppes mongoles

Au milieu des pâturages et des lacs, c’est en randonnant que l’on profite au mieux des beautés de ce paysage s’étendant à perte de vue. Balayé par les vents d’ouest et recouvert par les neiges en hiver, le climat montagnard aux influences méditerranéennes du plateau explique la grande richesse de la flore sauvage. Au printemps, orchidées, jonquilles, anémones pulsatiles, narcisses, tulipes sauvages et ligulaires de Sibérie tapissent ces grands espaces de mille couleurs.

L’Aubrac, c’est aussi les burons, ces maisons basses traditionnelles où les vachers vivaient jadis tout l’été pour fabriquer la tome fraîche et l’affiner jusqu’à obtenir un fromage. Augustin, Cyprien, Victor et Wandrille - quatre frères originaires de Saint-Germain-en-Laye, dans les Yvelines - ont eu la bonne idée de réhabiliter le buron des Enguilhens construit en 1916 sur la commune de Condom d’Aubrac. Désormais, on peut y dormir seul ou à six et partir à la découverte de ce territoire à dos d’âne le long des drailles, ces chemins bordés de murets de pierres sèches.

Une balade en Aubrac ne serait pas complète sans une visite de la Forge de Laguiole, dont l’architecte est le très populaire Philippe Starck. Le créateur conçoit en 1987 un bâtiment duquel émerge une lame géante en alu de près de vingt mètres de hauteur. Starck ne se contente pas de la conception du bâtiment. Il revoit aussi le design du couteau pliant, comme Sonia Rykiel et Ora-Ito. Le grapheur Seize Happywallmaker vient de signer une collection personnelle du célèbre couteau surmonté d’une abeille.
Audrey Sommazi

Crédits photos :
Gargouilli crédits C. Palis et JP. Trébosc
plat : Crédit C. Detraz
crédits Forge de Laguiole

Carnet d’adresses

aubrac-4.jpg

Une mine d’informations, de conseils et d’idées pour sortir avec l’office de tourisme Aubrac-Laguiole, place de la mairie, 12 210 Laguiole. 05 65 44 35 94 et www.aubrac-laguiole.com
Le Suquet, route de l’Aubrac, 12210 Laguiole. Tel. : 05 65 51 18 20 et www.bras.fr
L’Annexe d’Aubrac, place des Fêtes, 12470 Aubrac. Tel. : 06 75 88 41 19 et www.lannexedaubrac.com Chambre de 105 euros à 200 euros, petit-déjeuner inclus.
Les Enguilhens, 12470 Condom-d’Aubrac. Réservation. : Burons4f.wixsite.com
buron 4 frères Didier Larive
Forge de Laguiole, route de l’Aubrac, 12210 Laguiole. Tel. : 05 65 48 43 34 et https://forge-de-laguiole.com

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/L-Aubrac-perche-sur-un-plateau,31630