Le patronat de Haute-Garonne « raisonnablement optimiste »

Comme chaque année, le magazine économique Entreprises Occitanie et le Medef Haute-Garonne ont présenté à la presse le Top Économique, leur grand répertoire des entreprises et des décideurs régionaux. L’occasion de faire le bilan de la crise et de se projeter dans l’après.

C’est une assemblée uniquement composée d’hommes qui s’exprime face à la presse à l’occasion de la sortie de la trente-quatrième édition du Top économique réalisé par Entreprises Occitanie et le Medef Haute-Garonne. Bruno Bergoend, président de l’Union des industries et métiers de la métallurgie d’Occitanie (UIMM) remarque ce manque de diversité et souligne qu’il faut, notamment dans l’industrie, « renforcer la place des femmes ». Signe que les temps changent tout de même un petit peu.

Pour le reste, les représentants patronaux se sont adonnés à l’exercice traditionnel du bilan économique. Marqué cette année par les suites de cette crise sanitaire qui n’en finit pas. Philippe Frey, délégué régional de Syntec, syndicat qui regroupe des professionnels de l’ingénierie, du numérique, du conseil, de l’événementiel et de la formation professionnelle, présente les résultats de son enquête auprès de ses 600 adhérents. « L’ingénierie a connu 11% de baisse de chiffre d’affaires. Dans les secteurs de l’aéronautique et de l’automobile, ce recul atteint 50%. » Il reconnaît que « si les commandes publiques ont baissé de 20% à cause du report des élections municipales et des confinements successifs, les aides gouvernementales importantes ont permis aux entreprises de s’en sortir ». En 2021, la reprise s’amorce même avec « une hausse de 49% des appels d’offres » dans les secteurs que couvre le Synthec.

Bruno Bergoend, de l’UIMM, qui se dit « raisonnablement optimiste » face à l’avenir économique, insiste sur les signes positifs : « Dans l’aéronautique, les carnets de commande se remplissent à nouveau pour les sept ou huit prochaines années. La transition énergétique va générer, notamment grâce à l’hydrogène, de nouveaux concepts d’avions d’ici 2025 qui seront sur le marché d’ici 2035. »

Le bâtiment reprend doucement, le numérique assez serein

« Optimisme raisonnable » aussi du côté du bâtiment. « En Haute-Garonne, il y avait 11.000 constructions de logements neufs par an. Avec la crise en 2020, on est descendu à 7000. En 2021, nous allons remonter à 9200 environ », évalue Émile Noyer, le président de la Fédération du BTP de Haute-Garonne. La construction de maisons individuelles est la seule à connaître « un boom » avec « une augmentation de 43% des constructions » durant la période de 2020-2021. Le hic, c’est que ce chiffre devrait diminuer en 2022 à cause de l’annulation du plan local d’urbanisme intercommunal de l’habitat(PLUIH) de Toulouse Métropole. « Nous serons sûrement autour de 8.000 logements neufs. » Toutefois, le secteur du bâtiment va bénéficier de l’aide de l’État dans le département, avec 318 projets labellisés par le plan de relance pour 242 millions d’euros au total.

Le plus serein de l’assemblée, c’est peut-être Frédéric Honnorat, du Syntec numérique [1]. Son secteur a connu la croissance (4,8%) cette année : « Durant la crise, sans le numérique, on n’aurait pas pu travailler. Il a subi une accélération. La croissance se fait là-dessus », considère le dirigeant.
Matthias Hardoy

Sur la photo : Émile Noyer, le président de la Fédération du BTP de Haute-Garonne ; Philippe Frey, délégué régional de Synthec ; Pierre-Olivier Nau, président du Medef 31 ; Bruno Bergoend, président de l’Union des industries et métiers de la métallurgie d’Occitanie (UIMM) et Frédéric Honnorat, du Syntec numérique lors de la présentation du Top Économique 2022, à la Cité de l’espace. Crédit : M.V. - ToulÉco.

Notes

[1Le syndicat qui regroupe à l’échelle nationale 2300 entreprises du numérique et 80% du chiffre d’affaires de ce secteur va changer de nom et devenir Numeum.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Le-patronat-de-Haute-Garonne-raisonnablement-optimiste,31969