Les associations toulousaines interpellent les candidats aux législatives sur « une société fracturée »

Cette semaine, des associations membres du Collectif inter associations de Toulouse ont fait part de leurs revendications à trois candidats Nupes aux élections législatives. Dans un contexte de crise sociale profonde, selon les associations, des travailleurs sociaux et des personnes en situation de difficulté sont également venus partager leur vécu.

« Les stocks sont vides, on est obligés de diminuer les rations », déclare Aurélie Racine, la directrice de la Banque alimentaire de Toulouse venue faire un état des lieux de la situation. Ensemble, plusieurs acteurs sociaux ont interpellé les trois candidats Nupes au sujet de graves précarités croissantes. Ils ont été seuls à répondre présents parmi tous les candidats aux législatives invités. Autour de la thématique « Comment faire société ? », les porte-paroles de la fondation Les Apprentis d’Auteuil, de Pas sans toi, de Solidarité famille et du Secours catholique ont émis leurs propositions relatives au logement, à la santé, au travail, etc.

Accès au droit, régularisation et autorisation de travail

touleco_4-1.jpg

Dès le début, les représentants associatifs ont alerté l’audience sur une situation de « catastrophe sociale ». Avant le début de la conférence, les associations ont rencontré des personnes précaires et, de leur témoignage, ont émergé des propositions.

Bernadette Rodrigo, de Solidarité famille, déplore « un mauvais accès aux droits ». Le témoignage d’une mère de famille célibataire qui n’arrive pas à faire reconnaître le handicap de son enfant a notamment était évoqué. « Elle ne sait même pas où trouver un avocat et les financements qu’il en coûte. Cette mère est isolée. » Les associatifs revendiquent un accompagnement plus long et complet de ces personnes afin de les informer entièrement sur leurs droits relatifs à l’hébergement, la mobilité et le système judiciaire.

touleco_2-1.jpg

Sandra Tran, des Apprentis d’Auteuil, requiert un processus administratif plus simple et rapide afin d’accélérer les régularisations des personnes qui souhaitent travailler au sein du pays. « Ces gens sont immobilisés par une administration qu’ils ne comprennent pas, alors qu’ils veulent simplement s’intégrer. On ne les aide pas pour ça, c’est cruel. » L’association souhaite un référent unique pour toute procédure administrative.

L’autorisation de travail dès l’arrivée sur le territoire a été requise par le Secours catholique. « Ces gens ne demandent qu’à travailler », affirme la porte-parole. Sans titre de séjour valide, il est quasiment impossible de trouver un emploi. « Ils ont des compétences et demandent juste à les valoriser. » Mais leur statut non-régularisé les en empêche. « Ils n’aiment pas être stigmatisés comme profiteurs, au contraire ils veulent donner de leur personne. »

Chèques, simplification administrative et augmentation des logements sociaux

touleco_4-1.jpg

« Tout d’abord, merci à vous d’accomplir un travail titanesque chaque jour », remercie Alice Assier du parti Génération(s). Candidate sur la 10e circonscription de Haute-Garonne, elle propose de développer plus de places en foyers et de logements sociaux afin de freiner la précarité d’habitation. « Il y a un manque d’espoir au bout du tunnel », affirme-t-elle, à la fois concernant les personnes précaires et les travailleurs sociaux. Ainsi, la candidate souhaite augmenter les salaires de ces travailleurs afin de « redorer » cette branche de métier.

« Il nous faut assurer une dignité fondamentale », réagit Hadrien Clouet, de La France insoumise. Candidat sur la 1re circonscription de Haute-Garonne, il propose un chèque, chaque mois, pour permettre à chacun de vivre avec le minimum de 1063 euros (en-dessous, on passe sous le seuil de pauvreté), afin d’assurer « un niveau de vie minimum à tous ». Il souhaite également opérer un blocage des prix alimentaires et des produits de première nécessité.

« J’entends et je comprends la souffrance exprimée », confie Christine Arrighi, d’Europe écologie-les verts. Candidate sur la 9e circonscription du départment, elle déplore en effet un contexte de « mille-feuilles administratif » accentué par « une fracture numérique ». Pour y remédier, la candidate propose une simplification administrative ainsi que la création d’« équipes pluridisciplinaires », afin que les personnes bénéficient de toutes les réponses en une seule fois.

En fin de matinée, un échange plus libre fut mis en place. Il a été marqué par « un sentiment d’ignorance » des acteurs sociaux. Une aide à la personne s’est insurgée : « L’argent c’est bien, mais le personnel c’est mieux. Venez simplement quelques heures nous aider à nourrir nos résidents et leur faire la toilette. » Hadrien Clouet et Alice Assier ont assuré qu’ils viendraient. Paroles de campagne ou vrai engagement ?
Valentine Marchou

Sur la photo : Alice Assier au micro, aux côtés d’Hadrien Clouet. Crédit : Rémy Gabalda - ToulÉco.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Les-associations-toulousaines-interpellent-les-candidats-aux,34467