RSE. Le Grand Marché de Toulouse sur tous les fronts

Maguelone Pontier, directrice du Grand Marché (Min), et Dominique Batani, son président, ont présenté la semaine dernière les différents volets de leur nouvelle politique de Responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Environnement, économie et social ont été abordés.

« Ce projet ambitieux s’imposait », déclare Dominique Batani, président du Min. C’est une politique RSE complète qui a été dévoilée. En effet, elle répond à 35 des 42 indicateurs officiels de mesures RSE. Cette nouvelle politique remplit également dix-sept objectifs de développement durable relatifs à la pauvreté, à l’insertion professionnelle des personnes éloignées de l’emploi et à la protection environnementale. L’occasion également de présenter la nouvelle marque éco-responsable MINimaliste proposant une gamme de savon, miel et thé à partir d’une revalorisation des restes de produits non-utilisés. Avec une empreinte environnementale minime, cette nouvelle marque serait « le reflet d’un état d’esprit porteur d’avenir mais qui reste pragmatique au quotidien », d’après le président du Grand Marché.

« Entraide, partage et solidarité » au cœur de la politique RSE


Économiquement, le Grand Marché a souhaité favoriser le travail des acteurs locaux. Par le biais de la charte de marché public Small Business Act, le Min rend gratuit les partenariats pour les agriculteurs de moins de 40 ans ou bien biologiques.

Mais c’est sur les mesures sociales que le Grand Marché s’engage le plus. En plus d’une augmentation de la création d’emploi, l’entreprise s’implique pour embaucher un maximum de personnel en situation de handicap (20 % de la masse salariale en direction actuellement). L’égalité professionnelle est également visée, le but étant d’« intégrer les femmes dans des domaines masculino-centré et de les accompagner dans l’entrepreneuriat » ; désormais un chef d’entreprise sur deux est une femme au sein du Marché. Un autre objectif : « améliorer le bien-être de tous » à travers un accès facilité à l’activité sportive. Séances de sport organisées, challenge connecté, coachs en ligne, parcours de santé et abonnements aux clubs de sports sont offerts à chaque salarié.

Le volet sociétal est également développé. Le Grand Marché distribue 140.000 euros de dons alimentaires à différentes associations régionales. Quatre pôles d’emploi et de formation sont également mis en place pour faciliter la réinsertion professionnelle de sans-abris.

« Une volonté de décarboner et végétaliser »

Le pilier environnemental est simple : trier et revaloriser les déchets, notamment à travers la nouvelle marque MINimaliste. Des collecteurs individuels sont également installés auprès de chaque entreprise partenaire. Limiter la consommation énergétique est également au cœur des priorités. De nouveaux panneaux photovoltaïques vont être installés sur les toits des bâtiments ; 18.000 mètres carré en tout. « Le but est également d’entretenir une micro biodiversité » par le biais de 150.000 abeilles et d’hôtels à insecte au sein du Min. De plus, Magalie Rosso, fondatrice de la ferme Yonaka, s’implante aussi sur les toits du Grand Marché. Des cultures aéroponiques [1] y sont donc cultivées, soit 36 plans de fruits et légumes pour favoriser les circuits courts et l’agriculture biologique.

François Cantinaud, président de Toulouse logistique urbaine, est par ailleurs venu exposer la logistique d’acheminement écologique du Min. « Nous décarbonons au maximum notre empreinte en optant pour des véhicules électriques ou thermiques », affirme-t-il. Les clients ont également accès à « un compteur kilométrique ». Celui-ci indique sur l’étiquette de chaque produit le nombre de kilomètres parcourus par chaque légume ; ils peuvent alors comparer et choisir. Enfin, les transports d’aliments du Min s’effectuent uniquement par véhicules au gaz naturel au sein du Marché. Philippe Culos, le directeur de la start-up Urby, a d’ailleurs présenté sa solution à la presse.
Valentine Marchou

Sur la photo : Maguelone Pontier directrice du Grand Marché, et Dominique Batani, président. // Des produits de la marque du Grand Marché MINimaliste // Francois Cantinaud, président de Toulouse logistique urbaine, Marie Franco, cofondatrice du Comptoir d’Anselme, et Philippe Culos, directeur Urby. - Crédit : Marjorie Angelvy.

Notes

[1culture aérienne hors-sol

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/RSE-le-Grand-Marche-sur-tous-les-fronts,34548