Urbanisme : « On sent un besoin d’espace public, car tout le monde en a éprouvé le manque »

article diffusé le 24 novembre 2020

Depuis plus de trente ans, la société toulousaine Area crée du mobilier urbain. Elle vient d’éditer un ouvrage de photographies consacré au déconfinement. L’occasion pour Laure et Gilles Boudou, ses dirigeants, de partager leur vision de la ville du futur, simple et inclusive.

Laure et Gilles Boudou, pourquoi cet ouvrage Dehors, autour du déconfinement ?
Gilles Boudou : Durant le confinement, on a vu circuler des clichés de photographes qui avaient photographier les villes sans leurs habitants. Ces espaces entièrement vides ressemblaient à des scènes de guerre...

Laure Boudou : Ou à des théâtres sans acteurs ! Nous qui travaillons dans l’espace public, nous avons plutôt eu envie de montrer la reconquête de ces espaces lors du déconfinement. Lorsque l’on a revécu les choses avec une plus grande intensité. Nous avons fait ce livre avec l’artiste Jean Belondrade, un photographe de rue avec qui nous collaborons. Nous lui avons donné carte blanche pour capturer des instants de vie à Toulouse. Nous lui avons fait rencontrer Yann-Yves Corlouër, qui a signé les textes de l’ouvrage. Il écrit d’habitude nos textes de présentation chez Area. Nous l’avons laissé totalement libre. Il nous a dit que c’était la première fois qu’il écrivait en son nom. Les textes et les images se répondent parfaitement en ping-pong.

Quel est l’impact de la crise sanitaire pour votre société ?
G. B. : La période de crise aurait pu tomber bien plus mal pour nous. L’année 2020 est une année d’élections municipales et, comme nous vivons de la commande publique, c’est une année de baisse traditionnelle pour nous, car le temps de la campagne, puis en cas d’installation d’une nouvelle équipe, il n’y a pas ou peu de commande publique. La baisse est peut-être juste un peu plus importante que prévue. Cela aurait été beaucoup plus grave si la crise sanitaire avait eu lieu en 2019. L’an dernier, notre chiffre d’affaires était de 10,5 millions d’euros. Cette année, il sera autour de 8 millions d’euros. Nous sommes contents de cette réussite, de faire travailler soixante-dix personnes. Mais ce qui est plus important pour nous, c’est d’avoir le sentiment de faire quelque chose qui a du sens. Quand on voit dans la rue une famille se réapproprier notre mobilier urbain, c’est notre plus grande fierté !

La crise actuelle va-t-elle modifier profondément la ville ?
L. B. : Les choses sont en train de changer. On sent un besoin d’espace public, car tout le monde en a éprouvé le manque. On le voit par exemple avec le très fort développement des pistes cyclables en ce moment. C’est parfois désordonné, mais ça progresse. Le vélo devient le moyen de reconquérir la ville. On ne croyait pas un tel changement possible il y a quelques années. Il va falloir d’ailleurs créer plus d’endroits pour les sécuriser, car les gens ont peur de se les faire voler.

G. B. : Les appartements vont être de plus en petits, la densification va se poursuivre. Les villes vont devoir créer des bouts de campagne, de nature, pour être vivables et lutter contre le réchauffement climatique. Je crois que les urbains qui vont vivre à la campagne resteront un épiphénomène. La ville va rester un pôle d’attraction. Il faudra que la ville soit plus inclusive aussi, en étant plus adaptée aux personnes handicapées.
Il va falloir revenir plus globalement vers la simplicité. On nous parle de villes intelligentes, de smart cities mais cela ne sert à rien si c’est juste pour faire de la publicité numérique ciblée dans l’espace urbain. L’important, on le sent bien actuellement, c’est la connexion entre les gens. On n’a jamais fait mieux que le banc comme réseau social !
Propos recueillis par Matthias Hardoy

Sur la photo : Laure et Gilles Boudou, les deux dirigeants de l’entreprise familiale de mobilier urbain Area. Crédit : Area.
Les photos de l’ouvrage Dehors sont du photographe Jean Belondrade.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Urbanisme-On-sent-un-besoin-d-espace-public-car-tout-le-monde-en,29999