Aéronautique. L’Aeroscopia attend les passagers de l’A380

Les visites du géant des airs et les séminaires d’entreprise sont des leviers que compte exploiter le musée Aeroscopia, à Blagnac, pour retrouver un plan de vol tourné vers la croissance.

Il était promis à un bel avenir dans les airs puis sur le tarmac du musée Aeroscopia. Mais un hasard malheureux du calendrier a contraint l’A380 à l’arrêt total. La veille du confinement, le musée de l’aéronautique situé à Blagnac, près de Toulouse, dévoilait au public sa nouvelle activité, et pas des moindres : la visite de ce super-jumbo, prêté par Airbus, et ses aménagements sur les deux ponts. Puis le musée a fermé ses portes entraînant avec lui l’instauration du chômage partiel pour 90 % de l’effectif et un Prêt garanti état. « Je demande aussi un effort à la métropole pour obtenir l’exonération des redevances », précise Pierre-Olivier Nau, le président de Manatour, holding co-fondée par son père en 1990.

toulecogab_7457.jpg

Le 21 mai l’espoir renaît. Le personnel (douze employés et des externes) se mobilise pour la réouverture des portes le grand week-end de l’Ascension. Mais, c’est la douche froide. La « star », comme l’appelle le patron, n’a pas attiré les foules. Seules 400 personnes en tout ont fait le déplacement. « J’ai perdu de l’argent », avoue celui qui est aux commandes de cette PME de quatre-vingt-cinq salariés depuis un an, dont une grande majorité est employée au musée. Il prend alors une lourde décision : Aeroscopia est fermé en semaine et ce jusqu’au 3 juillet. A moins qu’Airbus décide de permettre les visites de ses lignes d’assemblage, opérées par Manatour. Mais, la crise va laisser des traces dans les comptes du groupe. Car, la billetterie pèse 50 % dans le chiffre d’affaires, qui devrait s’établir à 3 millions d’euros à la fin de l’année, contre 6,3 millions d’euros en 2019.

Séminaires et anniversaires dans l’A380

Pas de quoi néanmoins entamer l’enthousiasme de Pierre-Olivier Nau. « Je suis optimiste mais pas naïf. La consommation va reprendre car les gens vont recommencer à sortir », espère celui qui mise sur un retour à la normale fin 2021 ou 2022. « Oui, cela ne va pas être facile. Mais, cette crise nous impose de nous transformer. Nous faisons évoluer notre offre et nos capacités en interne ».

Pierre-Olivier Nau table sur l’attrait de ses aéronefs bien sûr, dont « LA perle », le premier A320 inauguré par la princesse Lady Diana. Il compte aussi relancer l’organisation de séminaires d’entreprise en proposant plusieurs ambiances aux professionnels, mais aussi aux particuliers : le sous-sol du musée, la ferme Pinot et le fuselage de l’A380. Autre corde à son arc : la formation aux métiers de l’industrie des start-up résidentes du fablab de la Cité des start-up, à Montaudran, qu’exploite Manatour.
Audrey Sommazi

Sur les photos : Le super-jumbo configuré pour des essais en vol, est l’évènement du musée Aeroscopia. Pierre-Olivier Nau, président de Manatour depuis 2019. Crédits : Rémy Gabalda - ToulÉco.

P.S. :

Tous les lundis, retrouvez l’actualité de l’aéronautique régionale sur touleco.fr.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Aeronautique-L-Aeroscopia-attend-les-passagers-de-l-A380,28966