Covid-19. En Occitanie, près d’un salarié sur deux est au chômage partiel

372.000 salariés d’Occitanie ont perçu des indemnités de chômage partiel au mois d’avril en Occitanie, pour 170 millions d’euros. Le préfet d’Occitanie a donné ce mercredi 6 mai plusieurs chiffres sur l’état de l’économie locale et a donné des indications sur les dispositifs d’aide aux entreprises au-delà du 11 mai.

Au 4 mai 2020, 139.000 entreprises ont bénéficié en Occitanie du volet 1 du fonds de solidarité de l’État, pour un montant de 181 millions d’euros, soit un ticket moyen versé de 1304 euros. Pour le volet 2, dit « anti-faillite », 548 entreprises ont eu recours au dispositif pour 1,45 million d’euros versés, soit en moyenne 2653 euros par entreprise. Cet état des lieux a été livré par le préfet d’Occitanie Étienne Guyot ce mercredi 6 mai, lors d’une conférence de presse.

En ce qui concerne le chômage partiel, la Direccte a reçu au 30 avril 109.000 demandes pour 841.000 salariés, « ce qui représente 391 millions d’heures ». « Près d’un salarié sur deux est en activité partielle en Occitanie en avril », précise Christophe Lerouge, directeur de la Direccte, « ce qui représente 8 à 9% du poids national ». Ainsi , 372.000 salariés d’Occitanie ont perçu des indemnités de chômage partiel au mois d’avril en Occitanie, pour 170 millions d’euros.
Enfin, 29.799 sociétés ont bénéficié fin avril du PGE, pour un montant de 3,8 milliards d’euros de prêts accordés, avec montant moyen de 127.000 euros par prêt. 57% des prêts bénéficient à des TPE, 35% à des PME et 7% à des ETI. Le PGE est mis en place jusqu’au 31 décembre, et pour le moment aucune décision n’a été prise sur la prolongation du dispositif au-delà.

Et après le 11 mai ?

Étienne Guyot a confirmé que le Gouvernement allait annuler les charges sociales pour TPE qui ont fermé sur décision administrative pendant le confinement, mais aussi pour les PME de l’hôtellerie, de la restauration et de la culture. « Gérald Darmanin, ministre des Finances devrait donner des détails dans les heures à venir », a indiqué le préfet.
« Par ailleurs, les chefs et cheffes d’entreprises qui ne seront pas en mesure de verser les charges fiscales et sociales en mai pourront de nouveau décaler ce paiement. Ce sera automatique pour structures de moins de 5000 salariés. Les autres devront en faire la demande ».

Le fond de solidarité sera maintenu jusqu’au 31 mai pour tous ceux qui y ont droit, et sera également disponible en juin pour tous ceux qui ne pourront pas rouvrir en mai, là encore : café-restaurants, bars et secteur culturel. À noter que pour les entreprises de ces secteurs, les conditions d’accès au fond de solidarité seront élargies aux entreprises ayant jusqu’ à vingt salariés et deux millions d’euros de chiffre d’affaires.

Enfin, le dispositif d’activité partielle va « évoluer progressivement à partir du 1er juin afin d’encourager le retour au travail » mais il « sera maintenu intégralement pour les secteurs qui seront encore fermés ».« Si les Tribunaux de commerces ne sont pas submergés de demandes, c’est bien parce que les dispositifs d’aide de l’État ont fonctionné. On a évité des redressement judiciaires », glisse Christophe Lerouge. « Il faudra voir si les demandes affluent après le déconfinement », ajoute-t-il, prudent.
Sophie Arutunian

Sur la photo : 372.000 salariés d’Occitanie ont perçu des indemnités de chômage partiel au mois d’avril en Occitanie, photo d’illustration. Crédits : Rémy Gabalda - ToulÉco.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Covid-19-En-Occitanie-pres-d-un-salarie-sur-deux-est-au-chomage,28776